L'Usine Energie

La politique énergétique de l’Union européenne est un échec

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Selon plusieurs grands patrons d’énergéticiens européens, dont Gérard Mestrallet de GDF Suez, il est urgent que l’Union européenne modifie sa politique énergétique en offrant plus de visibilité aux industriels. Un appel lancé à la veille d’un grand sommet sur l’Europe de l’énergie.

La politique énergétique de l’Union européenne est un échec © Pascal Guittet

La politique énergétique de l’Union européenne est un échec. Ce message, le patron de GDF Suez, Gérard Mestrallet, le porte depuis plusieurs années. Cette fois-ci, il l’adresse à l’Union européenne à la veille d’un sommet européen sur le thème de l’énergie. Il est accompagné dans sa démarche par de grands patrons européens du secteur, en particulier ceux des allemands EON et RWE, de l’italien Eni et des espagnols Iberdrola et Gas Natural Fenosa. Dans une interview au 

"Monde", il alerte les dirigeants européens sur la politique énergétique communautaire : "L’Europe est en train de détruire une partie de son industrie énergétique. Il est urgent de redéfinir cette politique, ses ambitions et ses moyens."

Il y a deux mois, dans une interview à "L’Usine Nouvelle", le patron déclarait : "Toute politique énergétique compte trois grands chapitres : la sécurité d’approvisionnement, la lutte contre le réchauffement climatique et la compétitivité. La Commission européenne a insisté sur le changement climatique, très peu sur la sécurité d’approvisionnement et pas du tout sur la compétitivité. Du coup, aujourd’hui, la compétitivité se dégrade en Europe, les émissions de CO2 augmentent et le système électrique a été fragilisé."

Un système électrique qui marche sur la tête

Il faut admettre que le système électrique européen marche sur la tête. Les subventions massives aux énergies renouvelables et leur priorité d’accès sur les réseaux électriques ont dégradé la rentabilité des centrales à gaz. Dans le même temps sont arrivées sur le marché de grandes quantités de charbon américain à bas prix, délaissé outre-Atlantique en faveur des gaz de schiste. Résultat, les centrales à charbon fortement émettrices de CO2 tournent à plein régime, tandis que les centrales à gaz sont mises sous cocon. Dans son entretien au "Monde", le PDG de GDF Suez déplore : "Malgré le protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, malgré la mise en place d’un marché du carbone, les émissions de CO2 du secteur énergétique sont récemment reparties à la hausse, en particulier en Allemagne."

Lors du sommet européen, l’un des sujets importants sera celui de l’exploitation des gaz de schiste. La compétitivité américaine obtenue grâce au gaz non conventionnel commence à menacer l’économie européenne… qui n’a pas besoin de cela ! Dans une interview aux "Echos", le commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger, explique : "Il faut rester ouvert et laisser les pays qui le souhaitent, comme la Grande-Bretagne ou la Pologne, développer des projets pilotes, à partir desquels on pourra construire une expertise européenne." En France, la position reste pour l’instant fermée sur cette thématique. Ce mardi sur Europe 1, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Delphine Batho, déclarait encore : "Les gaz de schiste ne sont pas une solution (…) C’est un refus politique, je l’assume. Tout n’est pas sacrifiable au marché, au profit à court terme."

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

22/05/2013 - 10h12 -

Refus, critique...que propose-t-on? pourquoi cette passivité des industriels et des pouvoirs publics? le gaz de schiste aux US n'est pas une nouveauté: pourquoi tant d'attentisme, de passivité? a-t-on des décideurs à la hauteur des enjeux avec une réactivité suffisante et une force de proposition pour gagner? quelle est leur politique de conquête?
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2013 - 19h32 -

Bonjour,

La France possède une surface forestière importante. Plutôt que le gaz de schiste aux conséquences inconnues, voire néfastes, on a la possibilité d’exploiter le bois-énergie pour produire du Gaz Naturel de Synthèse (GNS). Ce GNS produit peut être mélangé et transporté de la même façon que le gaz naturel.
Par rapport au bois sous forme de pellets, le GNS a l’avantage d’une bien moindre pollution (les unités de production de GNS sont équipées de filtres et retiennent tous les goudrons qui peuvent ensuite être utilisés pour la chimie). De plus, si le GNS est utilisé pour produire de l’électricité dans une centrale moderne, l’utilisation de pompes à chaleur pour le chauffage en rend le rendement énergétique particulièrement intéressant.

Cordialement
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte