Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La PME aéronautique NSE passe à la vitesse supérieure à Casablanca

, , , ,

Publié le

La filiale marocaine de la société auvergnate NSE Industries va se lancer dans la réparation des équipements électroniques aéronautiques et l'industrialisation. Deux activités sur lesquelles, elle compte pour conquérir des marchés au Maroc et en Afrique avec une quinzaine d'embauches en vue.

La PME aéronautique NSE passe à la vitesse supérieure à Casablanca
La filiale marocaine du français NSE veut notamment se lancer dans la réparation d'équipements électronique et les services d'industrialisation.
© NSE

Accélération et sophistication pour la filiale marocaine de la PME française NSE Industries. Présent à Casablanca depuis 6 ans dans le câblage et l'intégration en sous-traitance, NSE Aero Maroc va faire évoluer son activité.

Réparation et bureau des méthodes

Dès l'an prochain, la société qui emploie 34 personnes compte notamment s'orienter davantage vers la réparation d'équipements électroniques. Par ailleurs une petite équipe d'ingénieurs va constituer le noyau d'un bureau d'études pour proposer des services d'industrialisation soit en interne soit en externe au Maroc et en Afrique.

Installé au Maroc en 2008, NSE Aero Maroc a jusque là surtout opéré en sous-traitance pour sa maison mère française. Sa réorientation correspond à son installation sur la zone franche Midparc près de l'aéroport de Casablanca cette année.

Le développement de la filiale marocaine s'inscrit aussi dans la stratégie d'internationalisation de ce petit groupe auvergnat, coté à la bourse de Paris et compte 900 salariés. Outre le Maroc, NSE Industries possède des filiales au Canada (NSE Automatech), au Brésil (NSE Brasil), en Hongrie (NSE Hongrie) et en Inde (Hical-NSE détenue à 26%). 

Au Maroc, "notre activité comprend surtout actuellement l'intégration et le câblage. Le démarrage de la réparation des équipements aéronautiques se fera dès janvier 2015 en s'appuyant sur le savoir-faire du groupe", indique à L'Usine Nouvelle Hicham El Krissi, directeur général et commercial de NSE Aero Maroc.

NOUVELLE STRATÉGIE DU GROUPE

Pour se lancer dans ces activités, la société mère a du acquérir auprès d'autres actionnaires en 2013, la totalité des parts de sa filiale NSE BM dont elle ne détenait que la moitié.

Les locaux initiaux à Casablanca ont été abandonnés car "ils ne correspondent plus à la nouvelle stratégie" au bénéfice d'un atelier relais à Midparc, là où est en train de s'installer le géant aéronautique canadien Bombardier et bientôt Aerolia.

Après un léger retard, la production a pu démarrer explique le directeur général de la filiale marocaine.

"Des soucis administratifs ont retardé notre démarrage de quelques mois à Midparc. Depuis le mois d'avril, nous sommes dans une usine relais de 600 m² et 200 m² de bureaux où nous avons initié la production en  juin. Notre usine définitive s'étendra sur 1100 m²." précise Hicham El Krissi.

"Au Maroc, nous avons peu investi au démarrage en 2008." confirme François Lacoste, président du groupe français (voir entretien ci-dessous). "Mais depuis un an, nous mettons en place une véritable stratégie de développement".

UN CHIFFRE D'AFFAIRES DE 29,19 MILLIONS D'EUROS

L'export en ligne de mire
NSE (Nizerolles Systèmes Electroniques) a été créée en 1983 dans l'Allier avec cinq salariés. Aujourd'hui, NSE Industries emploie 550 personnes en France et 250 à l'étranger sur une douzaine de sites. Les deux tiers de son activité sont réalisés dans la prestation de services (60,7%). Le solde est constitué de vente d'équipements et de systèmes embarqués.
Basé à Nizerolles dans l'Allier, NSE (Nizerolles Systèmes électroniques) a dégagé au 1er semestre un chiffre d'affaires consolidé de 29,19 millions d'euros (-6.8 %) dans la conception et la réparation de sous systèmes électroniques et travaille pour des grands comptes comme Airbus, Thales, Dassault ou Bombardier.

Concernant son site marocain, "en 2014, le chiffre d'affaires attendu est estimé à 200 000 euros pour 8 mois d’activité. En 2015, nous prévoyons 378 000 euros." complète Hicham El Krissi.

Outre les salariés à temps plein, "nous employons 4 stagiaires formés à l'Institut des métiers de l'aéronautique (IMA). Ils travaillent  en alternance tous les quinze jours. Selon notre plan de développement, l'effectif global atteindra une cinquantaine de personnes fin 2015" conclut Hicham El-Krissi.

Nasser Djama

Entretien
"Le Maroc, c'est la porte d'entrée vers l'Afrique" selon François Lacoste président du groupe NSE Industries


L'Usine Nouvelle : Pourquoi avoir choisi d'investir au Maroc ?
François Lacoste
: C'est une économie en développement qui a une main d'œuvre qualifiée avec des gens travailleurs. Ce pays jouit aussi d'une stabilité politique et se développe dans le secteur aéronautique dans la mesure où tous les grands groupes comme Thales, Safran ou Bombardier sont présents. Nous y avons peu investi au démarrage en 2008. Avec une trentaine de  personnes et un objectif de passer à 50 à court terme, nous mettons vraiment en place une stratégie de développement. Nous avons sur place trois ingénieurs et nous n'allons pas tarder à monter en puissance au niveau technique. Nous voulons nous appuyer sur cette filiale pour adresser l'Afrique car ce continent, c'est le marché de demain. Et pour nous, le Maroc c'est la porte d'entrée vers l'Afrique.

Quels sont les principales activités de votre groupe ?
Elles sont au nombre de trois. La conception notamment d'enregistreurs de données de vol, de systèmes de géolocalisation ou de feux ferroviaires. L'intégration de coffrets, de racks, du câblage complexe ou des radars. Nous apportons une valeur ajoutée avec de l'étude aux produits de marque de nos clients. Enfin, le service centré sur une activité de réparation d'équipements électroniques et informatiques y compris pour l'aéronautique. Nous travaillons pour l'ensemble des grands comptes comme Thalès, Airbus, Safran ou Bombardier.

Vous êtes aussi présent sur les continents américains au nord comme au sud et en Asie, en Inde. Comment définiriez-vous votre stratégie à l'international ?
Nous avons voulu nous rapprocher de nos marchés pour être plus près de nos grands comptes clients. Il y a dix ans, nous avons commencé par une implantation au Canada, avec 120 personnes embauchées aujourd'hui. Depuis 2011, nous sommes présents au Brésil pour adresser le marché d'Amérique du sud. Enfin, nous sommes présents en Inde à Bengalore avec un marché de compensation (offsets).
Propos recueillis par ND

 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus