"La plus grande faiblesse de la chimie, c’est de ne pas assez investir", assure Alain de Krassny, président de Kem One

Le groupe français Kem One, n°2 européen du PVC, devrait passer sous pavillon américain avant la fin de l'année. Le 10 septembre, un accord de négociations exclusives a été signé avec Apollo Global Management. L'ensemble représente un chiffre d'affaires annuel de près de 1 milliard d'euros, regroupe près de 1400 salariés et huit sites industriels dont sept en France et un en Espagne. En 2013, Alain de Krassny avait sauvé le groupe, alors placé en redressement judiciaire. Un an auparavant, Kem One, né en 1983 au sein d'Atochem, avait été cédé par Arkema au groupe suisse Klesch, qui avait géré la suite de façon désastreuse. Pour l'Usine Nouvelle, Alain de Krassny revient sur cette aventure industrielle.

Partager
"La plus grande faiblesse de la chimie, c’est de ne pas assez investir, surtout pour les commodités", estime Alain de Krassny, president de Kem One, qui a engagé 600 millions d'euros d'investissements ces huit dernières années dans le groupe français.

L'Usine Nouvelle - Vous avez entamé des négociations exclusives pour céder Kem One à Apollo Global Management. Aujourd’hui comment se porte le groupe ?
Alain de Krassny -
Nous allons atteindre 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires cette année. Nous sommes le deuxième producteur européen de PVC, avec une gamme complète, et l’un des rares producteurs à faire tous les types de PVC. La société se porte bien, nous avons terminé la plus grande partie des investissements stratégiques. Aujourd’hui, l’important c’est de consolider Kem One avec un repreneur qui puisse poursuivre ma stratégie.

En 2013, quand vous reprenez Kem One, la situation est très complexe. Après une cession en 2012 par Arkema au groupe Klesch, la situation a très vite basculé, avec un placement en redressement judiciaire. Pourquoi vous êtes-vous engagé dans ce projet, sur des commodités chimiques qui n’intéressent pas beaucoup les chimistes, plus tournés vers les spécialités et des marges plus fortes ?
C’est très simple, c’était une question d’ego.

[...]

Cet article est réservé à nos abonnés L'Usine Nouvelle

Soutenez un journalisme d'expertise.

Déjà abonné ? Connectez-vous

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Chimie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Chimie, laboratoires et santé

Armoire à pharmacie 2 portes économique

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

KEM ONE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingenieur-e Mécanique

Safran - 23/11/2022 - CDI - Poitiers

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

67 - Seltz

Construction d'un bâtiment d'accueil au camping Salmengrund Seltz

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À L'USINE NOUVELLE

Rejoignez la communauté des professionnels de l’industrie et profitez d'informations et données clés sur votre secteur.

Découvrez nos offres