Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La plus grande caméra du monde mise au point pour photographier l’univers

Juliette Berne , , ,

Publié le

Il aura fallu 16 ans de recherche pour enfin créer la plus grande caméra du monde prête à photographier le ciel afin de faire avancer les études en matière de cosmologie.

La plus grande caméra du monde mise au point pour photographier l’univers
Le Laboratoire national des accélérateurs du SLAC installe le premier des 21 radeaux de Brookhaven qui composent le réseau de capteurs numériques du LSST.
© Brookhaven National Laboratory

Après 16 ans de travail, le laboratoire national de Brookhaven du ministère américain de l’Energie vient tout juste d’achever la construction de la matrice de capteurs de 3,2 gigapixels de la plus grande caméra du monde. Cette innovation devrait servir pour le Grand télescope synoptique (LSST) encore en construction au sommet d’une montagne au Chili. La création de cette caméra est le fruit du partenariat de plus de 30 institutions dans le monde entier et devrait une fois terminée, être surtout utilisée pour créer un film accéléré de l’univers visible complet depuis le Chili.

Trois milliards de pixels

"C’est le plus grand réseau de dispositif à couplage de charge (DTC) jamais construit", déclare Paul O’Connor, scientifique senior à la division d’instrumentation de Brookhaven Lab, "C’est trois milliards de pixels. Aucun télescope n’a jamais mis autant de capteurs à une seule caméra". Le réseau de capteurs numériques est composé d'environ 200 capteurs de 16 mégapixels, répartis en 21 modules. Ce réseau complexe de capteurs fonctionne sous vide et doit être refroidi à -100° Celsius

Le télescope quant à lui est financé par le Bureau de la Science du DOE (Department of Energy) et la National Science Foundation. Le laboratoire national  des accélérateurs du DOE a dirigé l’ensemble des efforts sur la construction de la caméra, tandis que Brookhaven a dirigé la conception, la construction et la qualification du réseau de capteurs numériques. Une construction, entièrement réalisée de manière automatisée car en effet, "Tester un seul radeau (modules divisant les capteurs ndlr) peut prendre jusqu’à trois jours", selon O’Connor.

Les opérations du LSST devraient commencer en 2022 et il servira à peu près tous les sous-groupes de la communauté astrophysique. Il pourrait également permettre aux scientifiques d’étudier l’énergie noire ainsi que la matière noire encore énigmatiques, nous en dire plus sur la création de notre galaxie et trouver des millions d’astéroïdes éparpillés dans notre système solaire. Les données obtenues par la caméra seront immédiatement mises à disposition des physiciens et astronomes des Etats-Unis et du Chili et à long terme au public.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/08/2019 - 19h56 -

Et là, ça te sort des photos JPG en 640x480 de 0,5Mo ????
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle