La PlantBottle de Coca-Cola revient, mais à 100% en matériaux d’origine végétale

Plus de dix ans après le lancement des premiers exemplaires, le groupe américain de boissons utilise l’amidon de maïs ou des déchets forestiers. Ainsi, 900 bouteilles prototypes ont été produites. -

Partager
La PlantBottle de Coca-Cola revient, mais à 100% en matériaux d’origine végétale

La PlantBottle de Coca-Cola est de retour. Mais, alors qu’il y a une dizaine d’années, le géant d’Atlanta (Géorgie, États-Unis) proposait jusqu’à 30% de polyéthylène téréphtalate (PET) issu de ressources végétales, il est parvenu à n’utiliser que ce type de produit pour fabriquer la bouteille. Le bouchon et l’étiquette ne sont pas concernés par ces développements. Les technologies sont prêtes à être commercialisées, indique-t-il de surcroît, en présentant une série limitée de 900 unités, à la différence du modèle de laboratoire dévoilé en 2015 à l’Exposition universelle de Milan (Italie). « Nous travaillons avec des partenaires depuis de nombreuses années afin de développer les technologies adéquates pour créer une bouteille contenant 100% de matières végétales en visant une empreinte carbone la plus faible possible et nous sommes ravis d'avoir atteint un point où ces technologies existent et peuvent être mises en œuvre par les participants de la chaîne de valeur », a déclaré Nancy Quan, directrice technique et de l'innovation de The Coca-Cola Company.

PTA biosourcé

Le PET est composé de deux molécules : environ 30% de monoéthylène glycol (MEG) et 70% d'acide téréphtalique (PTA). La PlantBottle originale, lancée en 2009, contenait du MEG provenant de la canne à sucre (bioMEG), mais le PTA restait d’origine fossile. Le nouveau prototype est fabriqué à partir de paraxylène biosourcé (bPX) – grâce à un procédé du spécialiste américain de la chimie verte Virent – qui a été converti en acide téréphtalique (bPTA). Le bPX utilisé a été produit à partir d’amidon de maïs, « mais le processus se prête à une certaine flexibilité en ce qui concerne les matières premières », selon Coca-Cola.

Déchets forestiers ou sous-produits agricoles

La deuxième technologie, dont le groupe de boisson est copropriétaire avec le chinois Changchun Meihe Science & Technology, rationalise le processus de production du bioMEG et offre également une certaine souplesse dans l’approvisionnement en matières premières, ce qui signifie que davantage de types de matériaux renouvelables peuvent être utilisés. « Généralement, le bMEG est produit en convertissant la canne à sucre ou le maïs en bioéthanol comme intermédiaire, qui est ensuite converti en bioéthylène glycol. Désormais, les sources d'amidon peuvent produire directement le MEG, ce qui simplifie le processus », explique Coca-Cola. Le papetier finlandais UPM est le premier titulaire de la licence ; il construit actuellement une unité en Allemagne pour, à grande échelle, en conditions industrielles, convertir en bMEG des matières premières issues de bois de feuillus fournies par des scieries et d'autres sous-produits de l'industrie du bois. « Le défi inhérent au passage au bioéthanol est la concurrence avec le carburant, expose Dana Breed, directrice mondiale de la R&D, emballage et développement durable. Nous avions besoin d'une solution MEG de nouvelle génération qui, à la fois, réponde à ce défi et puisse utiliser des ressources de deuxième génération comme les déchets forestiers ou les sous-produits agricoles. Notre objectif pour le PET d'origine végétale est d'utiliser les produits agricoles excédentaires pour minimiser l'empreinte carbone. La combinaison des technologies de nos partenaires s'inscrit donc parfaitement dans cette stratégie. »

Pas d’avantage concurrentiel

« Notre objectif est de développer des solutions durables pour l'ensemble de l'industrie, complète Dana Breed. Nous voulons que d'autres entreprises se joignent à nous et aillent de l'avant, collectivement. Nous ne considérons pas le contenu renouvelable ou recyclé comme des domaines dans lesquels nous voulons un avantage concurrentiel. » Elle ajoute d’ailleurs que le groupe avait autorisé des entreprises non concurrentes à exploiter la technologie et la marque PlantBottle, du ketchup Heinz à l'intérieur en tissu des voitures hybrides Ford Fusion. En outre, en 2018, il en a ouvert plus largement les droits à des concurrents afin d'augmenter la demande et de faire baisser les prix.

SUR LE MÊME SUJET

Top 500 des entreprises de l'emballage

Abonnés

Retrouvez le classement annuel des 500 premières entreprises de l'emballage en France

Je découvre le classement

Sujets associés

NEWSLETTER Emballage

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Projeteur Génie Civil BIM F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - Cherbourg-en-Cotentin

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEAL DE MAYOTTE

Le transport des personnels de la DEAL de Mayotte.

DATE DE REPONSE 22/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS