Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"La performance industrielle demande une approche experte", souligne le directeur du réseau Actemium

Manuel Moragues , , , ,

Publié le , mis à jour le 31/03/2014 À 14H24

Le salon Industrie Paris 2014 qui ouvre, ce lundi 31 mars, à Paris-Nord-Villepinte est l’occasion pour Vinci Energies de présenter Actemium. Un réseau qui regroupe désormais sous une même bannière l’ensemble de ses activités sur les process industriels et affiche plus de deux milliards d’euros de chiffre d’affaires. L’ambition d’Olivier Albessard, dirigeant d’Actemium : devenir la référence de la performance industrielle.

La performance industrielle demande une approche experte, souligne le directeur du réseau Actemium © Capture d'écran - actemium.fr/

L'Usine Nouvelle - Votre offre pour l’industrie sera présentée à Industrie Paris 2014. Qu’est-ce qu’Actemium ?

Olivier Albessard - C’était l’une des marques de Vinci Energies, dédiée à la conception et à la réalisation de process industriels. Elle cohabitait par exemple avec la marque Opteor couvrant la maintenance industrielle et avec de nombreuses autres, souvent issues d’acquisitions comme celle de Cegelec en 2010.

Désormais, Actemium est la marque unique des activités de Vinci Energies centrées sur l’outil de production. Nous allons tout au long de l’année 2014 présenter cette réorganisation dans tous les pays et dans les principaux salons. Derrière la marque, Actemium est un réseau de 300 entreprises réparties dans 35 pays, dont 180 en France, qui regroupe 19 000 ingénieurs et techniciens.

Quel est l’objectif de ce regroupement sous la bannière Actemium ?

Nous voulons accélérer notre développement et aller chercher des relais de croissance dans l’industrie. Actemium réalise plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans la conception, la réalisation et la maintenance des équipements de production. C’est trois ou quatre fois plus que nos concurrents français comme Spie ou Eiffage Energie, mais ce n’était pas forcément très visible avec la démultiplication de nos marques. Le regroupement de nos activités au sein d’Actemium est aussi une façon d’afficher notre force et d’aller se frotter à de grands concurrents européens comme l’allemand Bilfinger ou le néerlandais Imtech. Nous affichons aussi notre choix de nous concentrer sur l’industrie.

Quel est l’intérêt de votre fonctionnement en réseau ?

Nous avons une conviction forte : la performance industrielle demande une approche experte. Cette expertise, nous la déclinons par secteur industriel, par domaine technique (conduite et contrôle des procédés, génie électrique, mécanique, thermique) et par métier (conception, réalisation ou maintenance) à travers nos 300 entreprises. A ces forces locales, le réseau ajoute des échanges réguliers sur les meilleures pratiques au sein de "clubs" internes et une capacité d’action coordonnée.

Avec Actemium, nous voulons renforcer une approche globale pour répondre à l’évolution des besoins de nos clients qui nous demandent de plus en plus de les accompagner dans leurs implantations à travers le monde. Renault nous a, par exemple, confié la conception-réalisation d’une partie des lignes de production de la nouvelle Logan sur ses sites au Brésil, au Maroc et en Russie. Si l’entreprise en charge du projet est française - Actemium Trappes -, elle a besoin de relais locaux pour le réaliser.

Quelles sont les attentes de vos clients industriels ?

Dans leur déploiement à l’international, nos grands comptes attendent que nous soyons capables de nous projeter rapidement dans les pays destinataires. Notre rôle est aussi d’être le garant de la cohérence et de la standardisation de leurs process. En France, où notre activité résiste bien, il s’agit surtout d’optimiser les process via l’automatisation, l’amélioration de la disponibilité des outils de production ou l’efficacité énergétique, qui est la marque de Vinci Energies. La performance industrielle est un impératif commun à tous nos clients. Ils sont de plus en plus demandeurs d’engagements sur les objectifs, que nous leur proposons dans le cadre de contrats avec des systèmes de bonus-malus ou de partage des gains.

Propos recueillis par Manuel Moragues

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle