La pépite française qui recycle les carburants marins

Le 1er septembre, la société française Ecoslops annonçait la mise en service de sa première unité de traitements des résidus pétroliers marins. Elle est déployée dans le port de Sines, au Portugal. Michel Pingeot, PDG et fondateur d’Ecoslops nous décrit les enjeux de sa technologie.

Partager
La pépite française qui recycle les carburants marins

L'Usine Nouvelle - Que faites-vous exactement dans le port de Sines au Portugal ?

Michel Pingeot - Nous valorisons une source d’hydrocarbures aujourd’hui inusitée. Il s’agit des résidus pétroliers des bateaux - un mélange d’eau, de sédiment et d’hydrocarbures - que l’on trouve dans les salles des machines, les fonds de cale ou lors des nettoyages de réservoirs de tanker. Notre travail consiste alors à séparer ces différents éléments. L’eau est traitée pour être rejetée dans l’océan selon la réglementation locale. Les hydrocarbures sont, quant à eux, envoyés vers notre unité de microprocessing, qui est une micro-raffinerie.

Quels produits en tirez-vous ?

Nous en tirons quatre fractions. Une fraction légère de combustible qui alimente notre système en énergie. Deux fractions qui peuvent être utilisées comme carburant pour les bateaux. La dernière couche de résidus lourds peut être employée dans les fours d’aciéries ou de cimenteries. Ces derniers, fonctionnant à très haute température, sont en mesure d’éliminer les métaux et le souffre. Sur l’ensemble des résidus, on récupère 80 % de carburants marins.

Pourquoi un tel procédé n’avait encore jamais été utilisé ?

Je ne saurais le dire exactement, mais en ce qui me concerne l’idée est tirée de mon expérience. J’ai été dans la marine nationale et j’ai une passion pour la mer. Cela m’a attristé de voir le niveau de pollution des mers augmenter au fil des ans. J’ai également accumulé une longue expérience dans le raffinage et le secteur pétrolier. L’idée de donner une deuxième vie à ces résidus de carburants m’est venue en 2005. Cela a aussi été rendu possible par la signature de décrets en Europe pour protéger les océans… Avant cela, ce métier n’existait pas.

Outre l’aspect écologique, il y a un intérêt économique ?

Pour les bateaux et les ports, il y a tout d’abord l’intérêt de se débarrasser de leurs résidus pétroliers de manière simple et rapide à des tarifs plus intéressant que ceux des collecteurs. Par ailleurs, les armateurs peuvent acheter un carburant de meilleure qualité, à un coût environ 10 % moins élevé (grâce à l’absence de coût de transport), et donner une bonne image en utilisant un combustible recyclé.

Quelle est la prochaine étape pour Ecoslops ?

Au-delà du Portugal, nous menons un avant-projet en Côte d'ivoire. La catastrophe du Probo Koala dans le port d’Abidjan en 2006, qui avait fait de nombreux morts, a énormément sensibilisé le pays à ce type de pollution. Nous avons également des projets à Singapour, Rotterdam. Et nous regardons de près Saint-Pierre-et-Miquelon.

Propos recueillis par Ludovic Dupin

0 Commentaire

La pépite française qui recycle les carburants marins

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS