Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La peinture qui rend le coton autonettoyant

, ,

Publié le

Vidéo Applicable en spray, par trempe et même à travers une seringue, une peinture peut rendre superhydrophobes, et donc autonettoyants, des matériaux durs (métaux, verres) comme des matériaux mous (tissus, papiers). Une propriété qui résiste à l’abrasion. Explications.

Les entreprises citées

Il va devenir de plus en plus difficile de se mouiller. Pas une semaine, ou presque, sans qu’apparaisse une technique qui rend la surface d’un matériau littéralement in-mouillable : les gouttes d’eau qui s’y déposent prennent une forme quasi sphérique, et roulent sans la mouiller. Le principal intérêt de ces surfaces superhydrophobes est qu’elles sont autonettoyantes, car l’eau en glissant entraîne salissures et bactéries.

Souvent, ce résultat est obtenu en créant à la surface des micro et nanostructures, qui empêchent l’eau d’adhérer au matériau. Mais l’inconvénient, c’est qu’elles sont fragiles, ces nanostructures : rayures ou frottements risquent d’effacer les propriétés hydrophobes et autonettoyantes. Des chimistes de University College London ont trouvé une autre solution : une peinture qui produit le même effet, tout en résistant au papier de verre.

 

Ils ont mélangé des nanoparticules d’oxyde de titane de deux tailles différentes dans de l’éthanol, en y ajoutant un composé organique (perfluorosilane) qui a la particularité de revêtir les particules en suspension. Leur mixture a l’avantage de se prêter à différentes méthodes d’application. Par projection (spray) sur le métal ou le verre, par trempe pour les tissus comme le coton, et même par extrusion à travers une seringue sur des filtres en papier.

Dans tous les cas, les chercheurs ont obtenu un effet superhydrophobe : comme le montre la vidéo, aucune trace de l’eau colorée ne subsiste sur la surface traitée. Mais les chimistes ont aussi voulu assurer la robustesse de leur méthode. Sur les matières comme le coton, la peinture est relativement protégée de l’abrasion par la souplesse du support. Ce n’est plus le cas sur le verre, par exemple. En ajoutant des adhésifs du commerce à la solution, l’adhérence de la peinture autonettoyante a pu être renforcée, suffisamment pour résister à de multiples passages au papier de verre.

Thierry Lucas

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle