Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La papeterie Lana sur la voie d’une reprise

, , ,

Publié le

Un industriel scandinave devrait déposer une offre ferme en septembre, permettant de pérenniser 60 emplois sur le site de Lana papiers spéciaux de Strasbourg (Bas-Rhin).

La papeterie Lana sur la voie d’une reprise
La papeterie Lana Papiers Spéciaux à Strasbourg
© Google Maps

"La société Lana va s’en sortir. Il n’y pas de doute !" Contacté lundi 8 juillet, Patrick Béranger affiche son optimisme. En redressement judiciaire depuis le mois de janvier, la papeterie Lana papiers spéciaux de Strasbourg (Bas-Rhin), dont il a pris au printemps la direction générale, vient d’obtenir la prolongation pour six mois de la période d’observation.

Créée en 1590 et implantée à Strasbourg depuis 1872, l’entreprise est spécialisée dans la production de papiers spéciaux, pour les marchés des beaux-arts et de la sécurité notamment.

"On a eu sur les six premiers mois un niveau d’activité supérieur à l’année précédente et on a adapté la structure de l’entreprise", explique Patrick Béranger. Vingt-cinq suppressions de postes ont été décidées, ramenant l’effectif à soixante salariés.

De nombreux soutiens

"On a réussi à redresser les comptes. Un accord a été trouvé avec l’actionnaire (le groupe allemand Concert, ndlr) pour que Lana puisse continuer à bénéficier de la machine et des marques. Une dynamique positive s’est mise en place", soutient Patrick Béranger.

Il annonce que des discussions sont en cours en vue d’une reprise du site par "un industriel scandinave spécialisé dans les papiers, avec un intérêt particulier pour les papiers spéciaux et les papiers de sécurité". Ce dernier pourrait finaliser son offre courant septembre. Par ailleurs, le groupe alsacien Schroll, spécialiste du recyclage des déchets, papiers et cartons notamment, prendrait une participation minoritaire au capital de l’entreprise. "Cela va donner une coloration régionale au projet", souligne Patrick Béranger.

"Les salariés soutiennent ce projet sans réserve, indique l’avocat du comité d’entreprise, Me Luc Dörr. Tous les feux qui permettent de favoriser cette cession sont au vert."

 Thomas Calinon

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle