L'Usine Aéro

La nouvelle usine chinoise d'Airbus en passe d'être officialisée

Olivier James , , ,

Publié le , mis à jour le 01/07/2015 À 11H53

Après la commande record passée par la Chine auprès d'Airbus hier, à l'occasion de la présence en France du premier ministre chinois, l’avionneur devrait annoncer le 2 juillet la création d’une usine chinoise pour l’aménagement de l’A330 régional.

 

Article édité le 1er juillet à 11h43 : C'est fait ! Après l'annonce le 30 juin d'une commande de plusieurs dizaines d'appareils, Airbus devrait annoncer demain l'ouverture d'une nouvelle usine en Chine. Le 26 juin dernier, nous vous présentions déjà ce projet de l'avionneur européen, conditionné aux commandes chinoises : 

 

L’aventure chinoise continue ! Airbus devrait très bientôt étendre son empreinte industrielle en Chine. Selon nos informations, l’avionneur européen pourrait construire une usine dédiée à l’aménagement des cabines de la version régional de l’A330-300 sur le site de Tianjin, où sont déjà assemblés quatre A320 par mois. La venue fin juin du Premier ministre Chinois Li Keqiang en France, en particulier à Toulouse le 2 juillet, devrait être l’occasion de lancer ce projet.

Pourquoi l’information doit-elle être écrite au conditionnel ? Les atermoiements des autorités chinoises depuis plus d’un an obligent Airbus à la prudence avant d’officialiser cet investissement, compris entre 150 et 200 millions d’euros. On imagine le soulagement dans les rangs de l’avionneur lorsqu’enfin Li Keqiang donnera son accord : lancé en septembre 2013 lors du Salon Aéronautique de Pékin, la version régionale de l’A330 a été en grande partie pensée pour le marché chinois.

50 avions pour rentabiliser l’investissement

L’A330 régional vise en effet les vols nationaux et régionaux dans les marchés à forte croissance. Airbus voit dans ce bi-réacteur le gros-porteur le plus rentable du monde : une masse réduite de près de 50 tonnes par rapport à la version classique – grâce à la suppression d’équipements moins nécessaires pour les vols courts, comme la cuisine – et une cabine capable d’emporter jusqu’à 400 passagers. De quoi supporter la croissance effrénée du trafic aérien chinois sans avoir à multiplier le nombre d’appareils dans le ciel. L’usine en projet servira donc exclusivement à desservir en appareils le marché chinois.

Mais près de deux ans après son lancement, aucune compagnie chinoise n’a encore mis la main au portefeuille. Surprise lors du dernier salon du Bourget : le premier jour, lundi 15 juin, Saoudi Airlines passe commandes pour 20 A330-300 de type régional. Les chinois pourraient donc vite reprendre la main. Car chez Airbus, on assure que cette nouvelle usine trouverait son équilibre financier à partir de 50 appareils commandés. La venue du Premier ministre chinois devrait donc être marquée pour une importante commande.

Un avenir radieux ?

"Achètes-moi des avions, je te prête une usine !", C’est en gros ce que dit Airbus aux autorités chinoises. En cas de succès, l’avionneur ferait une belle opération industrielle qui impacterait sa présence en Chine. Mais aussi son activité française : les A330 continueront à être assemblés à Toulouse, puis voleront jusqu’à Tianjin, où leurs cabines seront aménagées. Or Airbus a prévu de diminuer ses cadences de production de l’A330ceo, autrement dit la version classique. Elles doivent passer de neuf à six appareils par mois courant 2016.

En cause : la baisse du carnet de commandes de l’A330ceo (313 appareils début janvier). Si jamais les autorités chinoises adoptaient massivement sa version régionale, les cadences pourraient être relevées à 7 voire 7,5 appareils par mois. A plus long terme, on pense même que cet avion pourrait trouver sa place dans le ciel européen et français. Pourquoi ne pas l’utiliser pour densifier les liaisons Paris-Toulouse ? Malgré des débuts difficiles, l’A330 régional peut encore espérer connaître un bel avenir.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte