“ La notion de cloud souverain nous est chère ”

L’approche cloud est loin d’avoir été généralisée au sein des entreprises. Pourtant, une fois leurs besoins clairement définis, une solution cloud adaptée peut être mise en place. Avec de nombreux bénéfices en termes d’agilité, de sécurité et de coûts.

 

Partager
“ La notion de cloud souverain nous est chère ”

Entretien avec Servane Augier, Directrice du Développement, 3DS OUTSCALE

Selon un sondage JDN/Club Décision DSI réalisé en octobre 2019 en France auprès de décideurs IT, 32% d’entre eux ont opté pour une orientation “cloud first”. Cela paraît faible...

Ce chiffre ne me surprend pas : avant d’adopter une approche cloud, les entreprises ont la volonté de faire en interne : c’est leur habitude et les équipes sont là. Notre principal concurrent, c’est l’IT interne ! C’est pour cela que notre mission consiste tout d’abord à convertir ceux qui n’ont pas encore fait le premier pas.

Quelle grande tendance observez-vous en matière d’approche cloud ?

C’est la logique de cloud hybride, que l’on nomme aussi multi-cloud. L’entreprise travaille à la fois en interne dans son datacenter, dans un cloud public, voire aussi dans un cloud dédié, en fonction de ses besoins. Cela génère tout un marché de “cloud management platform”, qui propose des outils permettant d’opérer facilement plusieurs solutions cloud.

Quels sont les grands avantages à basculer en mode cloud ?

Ils sont nombreux. Avant tout, c’est l’agilité et la capacité à disposer de ressources et d’un service à la demande. C’est la réponse du cloud : disposer de machines virtuelles qui travaillent uniquement le temps nécessaire, « on demand ». Nos clients gèrent des projets durant lesquels les besoins en calcul varient en fonction des périodes. Or, lorsque vous n’avez plus besoin de cette capacité ponctuelle, vous ne voulez pas vous retrouver avec une armada de serveurs. Le cloud vous apporte cette agilité absolue.

Et lorsqu’une entreprise travaille en mode Saas ?

Prenons l’exemple d’une société d’édition de logiciels qui travaille en mode Saas. L’avantage pour elle est de pouvoir se recentrer sur son cœur d’activité : lorsque l’on est développeur de solutions logicielles, on n’a pas forcément envie de gérer des infrastructures ni d’investir dans du hardware. Ce sont deux métiers différents. Avec le cloud, cette société bénéficie d’un service d’infrastructure qui grandit au rythme de ses clients, elle prend le meilleur des deux mondes.

Comment expliquer certains ratés dans des passages en mode cloud ?

Ce sont souvent des entreprises qui ont fait une migration en mode cloud de leur serveur legacy (hérité de leur ancien système d’information), sans refondre leurs applicatifs. Résultat : avant leur serveur tournait 24h/24 dans leur datacenter, et maintenant ils passent à un serveur allumé 24h/24 également, mais dans un cloud. Or, le cloud n’est pas du hosting. Ces clients ne s’y retrouvent pas économiquement. Le principe du cloud, c’est de mutualiser les ressources, c’est de pouvoir déclencher des nouvelles capacités dès qu’on en a besoin, pour le temps nécessaire, pas plus.

Le cloud pose aussi un énorme défi de confiance. La réponse en termes de sécurité est-elle dans le cloud souverain ?

La confiance est un prérequis indispensable pour qu’un client passe dans le cloud. Cette confiance se gagne par la performance des offres, par les certifications qui en font la preuve, mais aussi par le fait de ne pas être soumis à des réglementations extra-européennes. Depuis sa création en 2010, 3DS OUTSCALE travaille en multi-local : des entités juridiques différentes dans chaque pays, une proposition systématique d’un contrat de droit local et d’architectures techniques étanches. Les acteurs américains du cloud, qui s'implantent sur notre territoire et clament haut et fort que leurs data centers sont en France, pourraient laisser penser que tout va bien. En réalité pas du tout !

Ces acteurs américains du cloud ne peuvent-ils pas être souverains ?

Ils ne sont pas souverains pour la France, car soumis au Cloud Act qui renforce le Patriot Act depuis mars 2018 et oblige les opérateurs américains à répondre aux réquisitions de l’Administration américaine, quel que soit l'emplacement des données et des data centers. A contrario, nos clients sont assurés que leurs données sont en sécurité chez nous. C’est pourquoi le cloud souverain est un thème qui nous est cher. Mais ce qui est très important, aussi, c’est que cette souveraineté ne vienne pas freiner la performance économique d’une migration dans le cloud. C’est pour cela que nous sommes très vigilants à garantir un service aux meilleures conditions financières, ce qui est possible parce que nous avons, entre autre grâce à notre maison mère Dassault Systèmes, des volumes d’achat qui nous permettent d’être très bien positionnés pour nos clients.

Servane Augier, Directrice du Développement, 3DS OUTSCALE

Contenu proposé par Dassault Systemes

Sujets associés

A LIRE AUSSI