La Niña pourrait provoquer un rebond des prix des métaux

Le dernier épisode de ce phénomène climatique qui succède souvent à El Niño avait provoqué des inondations dramatiques dans les zones d’activité minière, notamment en Australie et en Indonésie. Le retour de la Niña pourrait stopper l’effondrement des prix du charbon et des métaux.

Partager

Si les sécheresses provoquées par El Niño ont des conséquences dramatiques pour l’agriculture, dans les mines ce sont surtout les inondations de sa petite sœur, la Niña, qui inquiètent.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Risques d’inondations

Ce phénomène climatique inverse d’El Niño (lire aussi : Comprendre le phénomène climatique El Niño en trois questions), qui suit épisodiquement les épisodes de celui-ci, est dû à un renforcement des alizés, qui soufflent de l’Amérique latine vers l’Asie, couplé à une pression anormalement basse au niveau de l’océan Pacifique. Il entraîne une pluviosité excédentaire en Australie, en Indonésie et dans l’est de l’Asie et une sécheresse dans le Midwest américain et en Amérique latine. Ces conditions s’installent généralement pour 9 à 12 mois, mais les épisodes importants peuvent durer jusqu’à deux ans.

Hausse des prix

En 2011, la Niña avait provoqué des inondations majeures en Australie, où un territoire égal à la superficie cumulée de la France et de l’Allemagne s’était retrouvé sous l’eau. Le Queensland, première région mondiale de production de charbon, avait vu fermer les trois-quarts de ses mines. Les stocks avaient fondu et la tonne de charbon métallurgique avait brièvement flirté avec les 400 dollars la tonne (contre un peu plus de 70 dollars actuellement).

La Niña affecterait également les cultures américaines, qui risquent de connaître une forte sécheresse, ainsi que les prix du gaz qui pourraient remonter en présence d’un prochain hiver très froid.

Après un Niño exceptionnel (l’un des trois plus forts de ces 50 dernières années), qui affecte déjà des productions agricoles comme l’huile de palme, le café et le riz, le retour potentiel de la Niña pourrait signifier la fin de la chute des prix des métaux. Il est sans doute temps de couvrir ses achats.

Myrtille Delamarche

Myrtille Delamarche Rédactrice en chef web to print, chef de projet Indices & Cotations
Myrtille Delamarche

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS