Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La moitié des licenciés de BMS à Meymac saisissent les Prud'hommes

, ,

Publié le

Social

En juin dernier, l'unité de Meymac (Corrèze) du groupe pharmaceutique américain BMS (BristolMyers Squibb), détenteur de la marque Upsa, fermait ses portes, vendue au génériqueur algérien Salem.

Cinq mois après soixante-six anciens salariés, soit la moitié de l'effectif, ont déposé hier une requête devant le Conseil des Prud'hommes de Tulle. Ils contestent la validité de leur licenciement économique, estimant que le groupe n'a pas rempli à son obligation de reclassement. Chacun des licenciés demande 60 000 euros au titre du préjudice moral et matériel subi. Comme leurs deux avocats Me Ruffié et Lejard, ils ne comprennent pas non plus les motifs avancés par le groupe pour la fermeture de cette unité et de celle d'Epernon (Eure-et-Loir).

Dans un communiqué d'octobre 2008, la direction de BMS précisait vouloir « mettre en cohérence son outil industriel avec sa stratégie par ce projet de désengagement de ses sites d’Epernon, fin 2009 et de Meymac mi-2010. Dans un marché pharmaceutique soumis à un fort ralentissement de sa croissance traditionnelle, BMS a annoncé en 2007 sa mutation vers une entreprise de nouvelle génération, le modèle BioPharma, qui spécialise la recherche sur des molécules nouvelles issues de la biotechnologie. En même temps, BMS continue à optimiser son réseau industriel, et à le mettre en cohérence avec cette stratégie. Le surdimensionnement industriel actuel et la baisse des volumes des produits matures conduisent, en particulier, à devoir se séparer d’un nombre significatif d’outils de production ».

Et d'ajouter. « BMS a annoncé aux partenaires sociaux son projet de désengagement progressif des sites d’Epernon et de Meymac que leur taille et leur spécificité écartent du nouveau périmètre industriel. Les deux usines qui fabriquent et/ou conditionnent des produits matures, voient ses volumes de production baisser sensiblement depuis de nombreux mois. La surcapacité actuelle de l’outil de production conduit à regrouper les fabrications sur des sites uniques et spécialisés permettant la rationalisation des flux ».

Le groupe qui s'était engagé à trouver un repreneur pour le site de Meymac a tenu ses promesses en cédant son usine cet été à Salem pour l'euro symbolique.

Les ex-salariés de BMS devront patienter quelques semaines pour connaître le jugement du Conseil des Prud'hommes.


De notre correspondante en Limousin, Corinne Mérigaud


L’édition 2010-2011 de « L’ATLAS DES USINES » est disponible. Ce hors-série annuel de « L’Usine Nouvelle » propose le classement de 3 801 sites de production de plus de 75 salariés implantés en France. Vous pouvez déjà le commander à notre librairie en ligne en cliquant ici.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle