La modeste demande de prêts de la BCE jugée rassurante

par Krista Hughes

Partager

FRANCFORT (Reuters) - Une opération spéciale de refinancement organisée jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) a rassuré sur la situation des banques de la zone euro alors que les établissements financiers devaient lui rembourser ce même jour 442 milliards d'euros de fonds prêtés il y a un an.

Les banques ont ainsi emprunté 111,2 milliards d'euros de fonds à six jours, un montant jugé modeste par les analystes qui a réduit efficacement le surplus de liquidités de la zone euro. Cela signifie que les établissements sont mieux armés pour se prêter les uns aux autres.

L'institution présidée par Jean-Claude Trichet a annoncé que 78 établissements avaient pris part à sa dernière opération visant à éviter une pénurie de financements avant l'échéance clé de ce jour, soit bien moins que les 171 établissements qui ont emprunté mercredi 131,9 milliards d'euros à trois mois auprès de la BCE.

A la suite de l'annonce des résultats de cette opération, l'euro a brièvement reculé face au dollar et au yen, tandis que les emprunts d'Etat allemands, qui font référence, ont effacé une partie de leurs pertes du jour.

Pour autant la devise européenne reste orientée à la hausse, et les opérateurs de marchés estiment que les craintes de voir le marché interbancaire connaître une nouvelle crise comme celle qui avait aggravé la crise financière de 2008 diminuent.

"SOULAGEMENT"

Les taux d'intérêt du marché interbancaire, qui avaient atteint 0,7% avant l'opération de la BCE, ont reculé à 0,4% depuis, le niveau de pénurie de liquidités n'étant pas aussi élevé qu'envisagé.

"Il ne semble pas que la demande ait été aussi importante qu'on ne l'envisageait hier. Il y a un peu de soulagement sur le marché quant au fait que les craintes liées au financement en Europe pourraient être exagérées", note Nick Stamenkovic, chez Ria Capital Markets.

"Evidemment, si les banques n'empruntent pas auprès de la BCE, alors elles empruntent sur les marchés, la conséquence de cela c'est que les taux du marché monétaire tendent à augmenter."

Cela se produit alors que le montant des emprunts en circulation de la Banque centrale européenne accordés aux banques a atteint mercredi un niveau sans précédent, à 910,4 milliards d'euros, à la veille du remboursement des 442 milliards d'euros dus par les banques, nouvelle étape vers un retour à la normale pour le crédit interbancaire.

Les résultats de la fin de ce programme important de refinancement à un an ne seront publiés que vendredi.

Les analystes estiment que la baisse des niveaux de liquidités devrait entraîner une hausse des taux d'intérêt du marché, mais pas de manière spectaculaire.

"UN SIGNE FAVORABLE"

Combinées, les opérations menées ces deux derniers jours par la BCE ont permis aux banques d'emprunter 243 milliards d'euros ce qui ramène à 199 milliards d'euros l'écart avec les 442 milliards d'euros à un an dus par les banques.

Selon des calculs s'appuyant sur des chiffres de la BCE, le surplus de liquidités dans le système s'élève jeudi à environ 150 milliards d'euros, contre 350 milliards auparavant.

Un trader intervenant sur le marché monétaire a par ailleurs souligné qu'il restait suffisamment de liquidités pour maintenir les taux interbancaires en dessous de 0,4%.

"On pourrait voir comme un signe favorable une baisse du surplus de liquidités, cela pourrait signifier qu'une part importante du refinancement à un an a été utilisée pour de l'arbitrage et que le marché a moins de besoins qu'auparavant; cela signifie que les banques sont en bonne voie," a-t-il déclaré.

Les taux d'intérêt du marché sont déjà à un pic de plus de neuf mois, mais les analystes jugent que le petit redressement des fonds à court terme pourrait accroître les pressions à la hausse.

Les investisseurs suivent de près le marché monétaire de la zone euro afin de déceler de potentielles difficultés sur le crédit interbancaire, qui avait aggravé la crise financière de 2008.

Il est également essentiel que le marché fonctionne correctement afin de générer un niveau convenable de prêts pour les ménages et les entreprises, nécessaire au soutien de la croissance économique.

Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS