La menace d'une correction se précise en Europe

par Patrick Vignal
Partager
La menace d'une correction se précise en Europe
Le mouvement de repli entamé la semaine dernière sur les actions européennes s'est prolongé lundi. À Paris, le CAC 40 a perdu 0,73% (39,09 points) à 5.341,63 points, terminant en baisse pour la sixième séance d'affilée après avoir déjà cédé 2,49% la semaine dernière, le Dax à Francfort cédant pour sa part 0,4%. La Bourse de Londres n'a perdu que 0,24%, résistant mieux grâce à un recul de la livre sterling venu favoriser les grandes valeurs tournées vers l'export. /Photo d'archives/REUTERS/Susana Vera

PARIS (Reuters) - Le mouvement de repli entamé la semaine dernière sur les actions européennes s'est prolongé lundi avec un recul de plus de 0,7% pour le CAC 40 parisien et la cinquième baisse de suite pour l'indice large européen Stoxx 600, ce qui conduit certains analystes à évoquer un début de correction après une longue séquence de hausse.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,73% (39,09 points) à 5.341,63 points, terminant en baisse pour la sixième séance d'affilée après avoir déjà cédé 2,49% la semaine dernière, le Dax à Francfort cédant pour sa part 0,4%.

L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,54%, le FTSEurofirst 300 0,47% et le Stoxx 600 0,66%, ce dernier indice portant son repli à 2,66% en cinq séances.

La Bourse de Londres n'a perdu que 0,24%, résistant mieux grâce à un recul de la livre sterling venu favoriser les grandes valeurs tournées vers l'export.

Les stratèges de Kepler Cheuvreux ont revu lundi leur recommandation sur les actions européennes à "sous-pondérer", estimant que le mouvement de prises de bénéfices actuel marquait la première étape vers une correction.

"Notre conclusion est que les prises de bénéfices de novembre marquent la première étape de la transition d'un pic de marché vers une correction de marché, la période la plus dangereuse étant le début de l'an prochain", écrit dans une note Christopher Potts, le directeur de la recherche économique et stratégique de l'intermédiaire.

D'autres analystes sont plus mesurés, comme Nicolas Chéron, responsable de la recherche pour le courtier en ligne Binck.fr.

"Rappelons tout de même que le CAC 40 a gagné 11% en quasi-ligne droite entre le 29 août et le 1er novembre dernier, aussi la baisse en cours ne pourrait être qu'une légitime consolidation qui tardait à se matérialiser", écrit-il.

"A notre avis, il ne convient pas de parler de peur sur les marchés car les indicateurs de risque que sont l'or ou le VIX ne décalent pas fortement à la hausse. Les indices américains ont entamé une respiration en fin de semaine passée mais rien n'indique que ces derniers vont fortement chuter", poursuit-il.

EDF AJUSTE SES OBJECTIFS ET PLONGE

A l'heure de la clôture en Europe, l'or prend 0,2% à 1.279 dollars l'once et l'indice de volatilité du S&P 500 recule légèrement. Les indices de référence de la Bourse de New York évoluent au même moment sans tendance claire.

Aux valeurs en Europe, EDF a chuté de 10,39%, la plus forte baisse du Stoxx 600, après avoir ajusté ses objectifs 2018 pour tenir compte de certaines évolutions défavorables, parmi lesquelles une moindre disponibilité de son parc nucléaire, le groupe n'étant plus en mesure de garantir qu'il dégagera un flux de trésorerie (cash flow) positif l'année prochaine.

La plus forte baisse du CAC (-2,54%) est pour Carrefour, les investisseurs s'inquiétant d'un possible report de la présentation du plan stratégique du géant de la distribution par son nouveau PDG, Alexandre Bompard.

A Londres, AstraZeneca et Unilever ont pris respectivement 1,23% et 0,77%, favorisés tous deux par le repli de la livre sterling.

La devise britannique perd 0,6% face au dollar et à l'euro après un article du Sunday Times selon lequel 40 députés du Parti conservateur seraient prêts à défier l'autorité de Theresa May et à lancer un processus qui pourrait l'écarter du pouvoir.

Si ce chiffre est véridique, il ne manquera que la signature de huit autres députés pour déclencher un vote interne au Parti tory et provoquer peut-être la mise en minorité de la Première ministre.

LES DOUTES SUR LA RÉFORME FISCALE FREINENT WALL STREET

Le dollar, lui, regagne un peu du terrain face aux autres grandes devises (+0,10%) tandis que l'euro se stabilise autour de 1,166 dollar.

Le marché pétrolier est toujours hésitant, tiraillé entre les signes de tension au Moyen-Orient et l'annonce d'une hausse du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, qui pourrait préfigurer une augmentation des pompages.

Wall Street reste pénalisée de son côté par les doutes des investisseurs sur les capacités de l'administration Trump à faire passer la réforme fiscale promise aux marchés.

L'allègement de la fiscalité sur les entreprises, l'une des promesses de Donald Trump ayant contribué à faire monter les marchés depuis son élection, se fait toujours attendre.

La Chambre des représentants a prévu de se prononcer dans les prochains jours sur une version du projet de réforme fiscale mais rien n'indique pour l'instant que ses membres républicains sont disposés à trouver un compromis avec les sénateurs de leur camp pour combler leurs divergences.

Si l'agenda de ce lundi était très mince, la suite de la semaine s'annonce plus animée avec entre autres la publication des chiffres mensuels des prix à la consommation aux Etats-Unis, dans la zone euro et au Royaume-Uni, qui pourraient apporter de nouveaux éléments au débat sur le resserrement progressif des politiques monétaires.

Le marché suivra également le débat prévu mardi à Francfort entre les présidents de la Banque centrale européenne (BCE), de la Réserve fédérale américaine, de la Banque d'Angleterre et de la Banque du Japon sur la thématique sensible de la communication des banques centrales.

(édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS