La médiation du crédit prévoit des difficultés sur les PME industrielles

Les demandes de médiation restent stables en volume, mais la part des ETI augmentent et les encours de crédit sur les PME de l’industrie baissent . Le médiateur, Gérard Rameix a lancé une étude spécifique sur la situation des PMI qui plus que d’autres sont affectées par la nouvelle règlementation bancaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La médiation du crédit prévoit des difficultés  sur les PME industrielles

Alors que la patronne du MEDEF, Laurence Parisot exprime "une inquiétude immense" face à la conjoncture, la situation européenne et les projets fiscaux du gouvernement, comment évolue la relation des entreprises et leurs banques ?

Les trésoreries sont tendues mais Gérard Rameix, le médiateur du crédit ne note pas d’envolée de demandes de médiation. "Nous restons autour de 300- 350 dossiers par mois alors qu’au plus fort de la crise en 2009 nous étions à 1200", assure-t-il.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Par ailleurs au global les encours de crédit ne se sont pas effondrés sur les PME, ils ont même progressé de 4 % en avril par rapport à la même période de l’an passé selon les derniers chiffres de la Banque de France.

Selon Gérard Rameix "la conjoncture étant atone, c’est normal qu’il y ait une demande de crédit assez faible. Les banques sont présentes mais de manière plus sélective et demandent des garanties plus fortes dès qu’elles perçoivent un risque sur une entreprise" .

Taille grandissante et situation tendue

En revanche deux points noirs alertent la médiation. D’une part, la taille des dossiers traités augmente, avec une hausse de 20 % des médiations chez des entreprises qui comptent entre 100 et 1000 salariés. D’autre part la situation des PME industrielles semble plus tendues : "dans ce secteur en avril, les encours ont baissé de 1 % par rapport à l’an dernier, en euro constant la baisse est donc significative".

Le médiateur a donc lancé une étude spécifique sur la situation des PME de l’industrie qui sera finalisé à la rentrée. "A moyen terme, on ne peut qu’être préoccupé. Les banques vont prêter moins long, à moins d’entreprises et plus cher", affirme Gérard Rameix.

Selon lui ce qui va être difficile pour les banques, c’est de garder des crédits à 8 ans car cela nécessite des fonds propres de même durée, compte tenus des nouvelles règles de Bâle III. Or les PMI, plus que d’autres ont besoin de financement long terme.

Il faudra trouver de nouvelles ressources. La solution d’emprunts obligataires accessibles à des PME commence à se dessiner. Il pourrait aussi y avoir une nouvelle forme de collaboration entre les banquiers et les assureurs. "Axa a récemment accepté de refinancer 80 % d’un portefeuille de crédit d’entreprises de la Société Générale. Pour l’assureur, le rendement sera plus intéressant qu’une obligation de marché et la Société Générale réduit son risque, toute en gardant la relation avec ses entreprises", décrypte l’arbitre des relations entre les entreprises et leurs banques. Pour y voir plus clair sur la situation des PMI, il faudra attendre septembre.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS