Electronique

La marque Nokia relancée dans les mobiles… mais sans Nokia ni Microsoft

Ridha Loukil , , ,

Publié le

La marque finlandaise Nokia revient sur le marché des mobiles. Mais ce retour n’est l’œuvre ni du groupe Nokia ni de Microsoft. Il est le produit d’une nouvelle société finlandaise soutenue par un investisseur français et le géant taïwanais de la sous-traitance électronique Foxconn.

La marque Nokia relancée dans les mobiles… mais sans Nokia ni Microsoft
Nokia 6, premier smartphone de HMD Global
© HMD Global

La marque Nokia est de retour dans des mobiles. Le premier smartphone portant à nouveau cette griffe mythique est lancé sur le marché. Il sera commercialisé exclusivement en Chine, premier marché au monde, via le site marchant JD.com au prix de 1699 yuans, l’équivalent de 230 euros. Le terminal s’appuie sur une puce d'entrée de gamme de Qualcomm et tourne sous Android, le système d’exploitation mobile de Google qui domine à près de 86% le marché. Il est le premier d’une série de terminaux Nokia qui seront proposés dans le monde entier, marché par marché.

Investissement de 500 millions de dollars sur 3 ans

Mais ce retour n’est pas l’œuvre du groupe Nokia qui s’est recentré sur les équipements de réseaux en vendant en avril 2014 son activité dans les mobiles à Microsoft pour 7,3 milliards de dollars. Il n’est pas, non plus, le travail du groupe de Redmond, qui a arrêté les mobiles Nokia puis Lumia pour se concentrer sur son projet de smartphone sous la marque Surface en cohérence avec ce qu’il fait déjà dans les tablettes et les notebooks. La relance vient plutôt de HMD Global, une société finlandaise créée en avril 2016 par la reprise de l’activité de développement de mobiles de Microsoft en Finlande par des vétérans de Nokia et le fonds d’investissement Smart Connect LP du français Jean-François Baril, ancien directeur de la  logistique de Nokia de 1999 à 2012. Le projet prévoit un investissement de 500 millions de dollars sur trois ans.

L’initiative bénéficie également du soutien de Hon Hai Precision Industry. Plus connu sous le nom de Foxconn, le géant taiwanais de la sous-traitance électronique, qui fabrique l’iPhone d’Apple, a participé en 2016 à la reprise des activités mobiles de Microsoft en rachetant le réseau de distribution et l’usine de fabrication à Hanoi, au Vietnam. C’est cette infrastructure qu’il met à la disposition de HMD Global pour fabriquer et commercialiser ses mobiles.

Diffuculté à gagner de l'argent

Le pari est audacieux mais risqué. Certes, Nokia reste une marque reconnue dans les pays scandinaves, en Russie ou dans les pays en voie de développement. C’est sur cette reconnaissance que HMD Global mise pour se frayer une place sur le marché. Mais cette relance intervient à un moment compliqué avec un net ralentissement du marché des smartphones, la montée des constructeurs chinois et l’exacerbation de la concurrence. Google compte pas moins de 1700 constructeurs de smartphones utilisant son système Android. Apple, qui capte 92% des bénéfices de l’ensemble de l’industrie des mobiles selon Strategy Analytics, ne leur laisse que des miettes à partager. Des grandes marques, comme Sony, Lenovo, HTC ou LG peinent à gagner de l’argent. Le coréen LG, qui aurait écoulé pourtant plus de 60 millions de smartphones en 2016, s’attend la même année à une perte d’exploitation de 1 milliard de dollars pour son activité dans les mobiles.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte