Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La majorité atteinte pour valider l'accord social chez Renault, après la signature de la CFDT

Julie Thoin-Bousquié , , ,

Publié le

La CFDT est le troisième syndicat à apposer sa signature à l'accord social qui couvrira la période 2017-2019 en France. Seule la CGT ne s'est pas encore exprimée sur la question.

La majorité atteinte pour valider l'accord social chez Renault, après la signature de la CFDT
L'accord social chez Renault a été adopté par trois syndicats, permettant d'atteindre la majorité requise pour son adoption.
© Stephane Mahe / Reuters

C’est un oui qui permet d’atteindre la majorité nécessaire à la validation de l’accord. Après Force ouvrière et la CFE-CGC, la CFDT Renault a annoncé lundi 9 janvier son intention de signer le nouvel accord de compétitivité du constructeur, qui couvrira la période 2017-2019 en France. La CGT, qui ne s’est pas encore prononcée sur l’accord, doit donner sa décision en fin de semaine.

"Cet accord est un compromis très favorable et prometteur, au regard de la feuille de route portée par la CFDT en juillet 2016, explique la CFDT dans un communiqué. C’est un accord de transition, qui va permettre de préparer l’avenir face aux futurs challenges sociétaux, techniques et réglementaires qui vont transformer le monde automobile".

Des engagements qui vont "dans le bon sens"

Le syndicat se félicite notamment de l’engagement renouvelé de la direction à maintenir tous ses sites sur la période. Sur le plan de l’emploi, l’accord prévoit le recrutement de 3 600 personnes en CDI d'ici 2019, contre 3 000 initialement. La décision ne couvre pas les départs sur la même période, mais ces embauches et "la reconduction de 6000 contrats jeunes (alternance et stagiaires) sur les 3 ans, [vont] dans le bon sens", estime la CFDT lundi.

La direction de Renault a aussi fait des concessions en matière de flexibilité. Le sujet avait cristallisé les mécontentements des syndicats. L’accord convient finalement d’une hausse de travail d’une heure en cas de pic d’activité. Quant au travail le samedi, il sera basé sur le volontariat.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle