La Maison blanche n'exclut pas un bref relèvement du plafond

WASHINGTON (Reuters) - La Maison blanche a laissé entendre lundi qu'elle n'excluait pas un relèvement à court terme du plafond de la dette, de deux ou trois semaines par exemple, qui donnerait une marge de manoeuvre pour un accord ultérieur entre les élus républicains et Barack Obama.

Partager

"Plus le plafond de la dette est augmenté à long terme, plus cela accroît les certitudes pour notre économie", a déclaré le directeur du Conseil économique national de la Maison blanche, Gene Sperling.

"Cela dit, il appartient au Congrès de décider de la durée (d'une telle mesure) et de la fréquence d'un vote sur ce sujet", a-t-il ajouté.

Gene Sperling a toutefois réaffirmé que le président Barack Obama ne négocierait pas avec les républicains sous la menace d'un défaut et répété qu'il incombait au Congrès de relever le plafond de la dette.

"On n'a jamais vu de cas où un parti sérieux utilise la menace du défaut comme stratégie politique", a-t-il dit.

Les élus du Congrès ont jusqu'au 17 octobre pour s'accorder sur un relèvement du plafond de dette autorisée, faute de quoi la capacité de l'Etat fédéral américain à emprunter sera proche de zéro et le pays risquera de faire défaut.

Le président américain devait lancer un appel aux républicains en soulignant qu'un défaut aurait "un impact catastrophique" sur l'économie américaine, a-t-on appris dans son entourage.

Barack Obama "soupçonne très fortement" qu'il existe à la Chambre des représentants assez de voix pour prononcer la fin du 'shutdown' et souhaite un vote dès ce lundi.

Dimanche, le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, a fait savoir qu'il ne relèverait pas le plafond de la dette sans concession de la part du président.

Relever le plafond de la dette en échange de concessions politiques créerait un dangereux précédent, estime Gene Sperling.

Pour Gene Sperling et pour le président des Conseillers économiques de la Maison Blanche, Jason Furman, une solution de rechange ne sera pas facile à trouver si le Congrès ne relève pas le montant de la dette fédérale autorisé, actuellement plafonné à 16.700 milliards de dollars.

D'autant que selon l'interprétation de la Maison blanche, le président n'est pas autorisé par la Constitution américaine à relever unilatéralement le plafond de la dette.

Mark Felsenthal, Eric Faye, Danielle Rouquié et Pascal Liétout pour le service français

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS