Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La lutte anticorruption mondiale progresse lentement

Solène Davesne

Publié le

En France, les déboires d’Airbus ont remis la question sur le devant de la scène. Au niveau mondial, les États se soucient désormais plus de lutter contre la corruption transnationale. L’OCDE, qui a fêté les 20 ans de sa convention anticorruption, salue l’intensification des efforts dans ce domaine. En 2016, 500 enquêtes pour corruption sont en cours dans 20 pays, soit près d’une centaine de plus qu’en 2015. De nouvelles lois, adoptées en France, aux Pays-Bas et en Italie, ont aussi renforcé l’arsenal des États. Depuis 1999, 443 individus et 158 sociétés ont été sanctionnés pour des faits de corruption d’agents étrangers, principalement par les États-Unis (qui ont condamné 109 sociétés) et l’Allemagne, en tête pour les sanctions individuelles. 125 personnes ont atterri en prison. Des progrès considérables restent à faire. De grands exportateurs, comme la Chine, manquent à l’appel des 43 États signataires de la convention. Même parmi ses membres, 23 pays n’ont pas prononcé la moindre condamnation. L’OCDE préconise de renforcer la protection des lanceurs d’alerte, à l’origine de 2 % des découvertes de faits de corruption et encore mal protégés. 
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus