La longue gestation de l’unique IRT en santé

Le faire-part est pour bientôt. Spécialisé en infectiologie et microbiologie, l’Institut de recherche technologique BioAster, porté par l’Institut Pasteur et le pôle de compétitivité LyonBiopôle devrait enfin voir le jour.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La longue gestation de l’unique IRT en santé

La création de l’IRT BioAster (ex Lyon Biotech), seul institut de recherche technologique en santé sur les six sélectionnés par le jury des investissements d’avenir (grand emprunt), devrait intervenir dans moins d’un mois. Cette naissance va intervenir au terme d’une difficile gestation… Délicate, tout d’abord, en raison du grand nombre d’acteurs. En effet, l'IRT est Issu de la fusion de deux projets de l’Institut Pasteur et du pôle de compétitivité LyonBiopôle et réunit les expertises de trois grandes entreprises : "l’Institut Merieux, Sanofi qui s’est beaucoup investi et Danone un petit peu moins", estime Alice Dautry, directrice de l’Institut Pasteur. Mais aussi du CNRS, de l’Inserm, du CEA et d’une quarantaine de PME.

Améliorer l’efficacité des traitements antimicrobiens

Mais "le retard n’est pas de notre fait", avance Jacques Berger, coordonnateur de la mise en place de l’IRT. Les autorités françaises n’étaient pas en situation de répondre à nos nombreuses interrogations." Et ce n’est pas forcément fini… "La période électorale pourrait laisser penser qu’il y aura des changements de règles du jeu, mais on s’adaptera !", promet Jean Derégnaucourt, directeur des applications de la recherche et des relations industrielles de l'Institut Pasteur.

De nombreux points sont cependant actés. L’IRT pilotera ses propres projets de recherche, ou en partenariat, autour de l’infectiologie et de la microbiologie. Il associera aussi bien la biologie, la chimie, le calcul avec le CNRS ou les nanotechnologies du CEA, pour aboutir à de nouveaux produits ou technologies. Parmi ses priorités scientifiques : améliorer l’efficacité des traitements antimicrobiens, concevoir des diagnostics plus rapides et efficaces, ou encore développer de la médecine et de la nutrition plus personnalisées avec des biomarqueurs et des probiotiques. Il faudra donc que "cet objet nouveau" comble "le chainon manquant entre la recherche académique et la mise sur le marché d’applications et de produits", mais "ne représente surtout pas une couche supplémentaire dans un paysage de la recherche assez complexe", reconnaît Alice Dautry.

Une structure privée de valorisation dédiée

Cofinancé à 50/50 par le public et le privé, l’IRT bénéficiera d’un budget de près de 670 millions d’euros sur neuf ans, dont 180 millions issus des Investissements d’avenir. Reste à affiner certains points. Comme la répartition des projets entre les deux sites, le site principal se trouvant à Gerland, à Lyon, tandis que le site secondaire sera localisé à l’Institut Pasteur, à Paris.

L’IRT devra aussi trouver à terme son autonomie financière. "Le contrat de performance qui va nous lier à l’Etat s’arrêtera dans dix ans, rappelle Philippe Cleuziat, directeur du programme d’innovation à l’institut Mérieux. Pour avoir une certaine pérennité économique et scientifique, qui lui permette d’être visible sur le plan international, l’IRT devra générer de la valeur, en valorisant ses brevets, ses actifs…". Car si 70 à 80% de l’activité devrait être dédiée à la recherche industrielle, la propriété intellectuelle générée par ces projets appartiendra à l’IRT, qui sera doté d’une structure privée de valorisation. Charge à cette dernière de travailler en bonne intelligence avec les sociétés accélératrices de transfert de techno (SATT), même si aucun contact n’a encore été établi, reconnaît un membre.

Les ambitions de l’IRT BioAster
- Lancer une quarantaine de projets R&D et faire émerger 5 start-up dans les trois premières années
- Impliquer 700 chercheurs sur neuf ans
- Générer quelques milliers d’emplois indirects dans la filière industrielle sur dix ans
- Disposer de 35 000 mètres carrés de nouvelles infrastructures

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DANONE
    SANOFI
ARTICLES LES PLUS LUS