Economie

La loi Macron veut sécuriser les PSE

Cécile Maillard

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

La loi Macron veut sécuriser les PSE
À la demande de la CGT, le PSE d’Heinz a été annulé en octobre pour insuffisance de motivation.
© ud cgt nord
À peine nés, déjà réformés. Le projet de loi Macron sur l’activité modifie les nouveaux plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) mises en place en 2013. Les retouches vont dans le sens d’une sécurisation accrue des PSE pour les employeurs. Ceux-ci pourraient fixer unilatéralement les critères d’ordre des licenciements. En octobre, une cour administrative d’appel avait jugé que c’était impossible et annulé, pour cette raison, le PSE de Mory Ducros. Autre retouche : dans les entreprises en redressement ou en liquidation, le plan social devrait être proportionné « aux moyens dont dispose l’entreprise », et non le groupe. Enfin, en cas d’annulation d’un PSE pour « insuffisance de motivation », comme avec Heinz et TNS Sofres, le licenciement resterait valide et l’employeur ne verserait pas[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte