Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La loi d’orientation des mobilités, une boite à outils sans toutes les clés

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

Analyse Les ministres François de Rugy et Elisabeth Borne ont présenté en Conseil des ministres, lundi 26 novembre, le projet de loi d’orientation des mobilités. Beaucoup d’avancées pour le transport au quotidien et les nouvelles mobilités, mais quelques renoncements.

La loi d’orientation des mobilités, une boite à outils sans toutes les clés
Les vieux trains Corail sur les lignes Paris-Limoges-Toulouse et Paris-Clermont-Ferrand seront remplacés dans les prochaines années.
© AMarques432 - Flickr - C.C.

Difficile de ne pas saluer l’initiative d’un projet de loi d’orientation des mobilités, alors qu’aucun gouvernement ne s’était donné la peine de prendre de telles mesures depuis 1982. Difficile de ne pas se satisfaire du retour du transport au quotidien au premier plan après les années TGV et l’abandon d’une partie du réseau – suppression de la plupart des trains de nuit, gares de petites villes non desservies, réduction du nombre de trains sur certaines lignes. Encore faudra-t-il convaincre la SNCF de renoncer à sa politique malthusienne.

Ce retour du transport au quotidien doit s’accompagner d’un plan d’investissement important. Comme annoncé en septembre dernier, le gouvernement va programmer 13,4 milliards d’euros sur les cinq prochaines années et 14,3 milliards sur les cinq suivantes pour maintenir un équilibre entre les ressources disponibles et les investissements. Concrètement, le programme d’investissements sur les lignes TET (ex-Intercités) Paris-Clermont-Ferrand et Paris-Limoges-Toulouse s’élèvera à 2,5 milliards d’euros pour remplacer la totalité des trains et rénover le réseau. Autre exemple : 2,6 milliards d’euros investis dans la désaturation des grands nœuds ferroviaires. L’objectif est de doubler la fréquentation des trains (hors Île-de-France).

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle