Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La logistique revient à paris

Publié le

Explosion de l’e-commerce et restrictions de circulation conduisent à revoir l’organisation du dernier kilomètre, notamment dans la capitale.

La logistique revient à paris
Dans le XVIIIe arrondissement de Paris, l’hôtel logistique urbain de Chapelle International sera embranché au réseau ferré.

Sortie de Paris par la porte, la logistique y revient par la fenêtre avec la mise en service au premier semestre 2018 de Chapelle International, un projet combinant navette ferroviaire et transport routier propre pour acheminer, puis distribuer, les produits dans la capitale. À l’instar des Halles de Paris chassées vers Rungis (Val-de-Marne) dans les années 1970, la logistique traditionnelle a été boutée hors de la capitale. La tendance perdure et s’amplifie même avec l’apparition en grande banlieue d’entrepôts XXL. Mais les prestataires de services logistiques ont maintenant besoin de sites au centre de Paris pour consolider les flux au plus près des bassins de consommation avant éclatement des colis vers leur destination finale. Plusieurs paramètres favorisent la métamorphose en cours : l’explosion de l’e-commerce qui gonfle les flux, et le durcissement des règles de circulation tendant à bannir les poids lourds et conduisant à repenser l’organisation du dernier kilomètre. Chapelle International ouvre un nouveau chapitre de cette grande mutation [lire l’encadré page 54].

Toujours plus près, toujours plus vite

Le déplacement des marchandises dans les métropoles devient un enjeu économique, urbanistique et environnemental. En Ile-de-France, chaque emploi produit en moyenne 0,75 mouvement logistique par semaine rappelle l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Ile-de-France. Or Paris accueille près de deux millions d’emplois. S’y ajoute un commerce de proximité dynamique dont le nombre d’établissements (environ 62 000) a connu une hausse de 0,8 % entre 2011 et 2014 selon l’Apur, l’Atelier parisien d’urbanisme. Cela suffit pour générer un trafic important qui s’est encore accru avec l’essor spectaculaire de l’e-commerce. Selon l’IAU, neuf Franciliens sur dix font des emplettes sur internet et les Parisiens sont parmi ceux qui achètent le plus. « Si le B to C a beaucoup boosté notre industrie, cette activité l’a aussi contrainte à des adaptations rapides », témoigne Michel Akavi, le PDG de DHL Express. La dernière en date concerne la rapidité de la livraison dont beaucoup de sites marchands ont fait un argument commercial et qui implique encore plus de mouvements. « La logistique a longtemps été une variable d’ajustement en termes de coût. Elle se transforme en une activité à haute valeur ajoutée, car elle devient discriminante dans l’accès à la marchandise pour les clients. Une livraison dans un temps très court présente beaucoup d’intérêt », relève Jonathan Sebbane, le directeur général de Sogaris, l’investisseur de Chapelle International en association avec Haropa et la Caisse des dépôts et consignation.

Du coup de chaud, le sujet de la logistique urbaine est devenu brûlant. « Ce qui fait bouger les collectivités, c’est surtout le B to C, car il ne s’agit plus de voir circuler des gros camions mais des flottes entières de camionnettes », reconnaît Patrick Maillet, directeur commercial de Deret Transporteurs, une entreprise qui, dès 2009, s’est convertie à l’usage des véhicules à énergies alternatives pour ses livraisons en agglomération. Paris fait partie des villes qui mènent la vie dure aux transporteurs, ne serait-ce qu’avec sa décision d’évincer le diesel de ses rues en 2020. Pour continuer d’y livrer en donnant toute satisfaction tant aux clients qu’aux destinataires et dans le respect de l’environnement, les prestataires de services logistiques sont prêts à investir et à innover.

Réduire l’empreinte carbone

Martin-Brower, le partenaire logistique des restaurants McDonald, s’est ainsi équipé pour pouvoir livrer la nuit ou au petit matin. « On utilise des gros-porteurs à la norme PIEK, les plus silencieux possible, et fonctionnant au biocarburant, détaille Olivier Chasseloup, le directeur général de l’entreprise. Nous avons aussi formé notre personnel en travaillant dans le cadre de la certification Certibruit. Par ailleurs, nos camions sont tous équipés pour recevoir un groupe froid hybride beaucoup moins bruyant. »

Les opérateurs cherchent la meilleure articulation entre la massification et la logistique capillaire du dernier kilomètre. Pour cela, ils ont besoin d’espaces à moindre coût. C’est dans cette optique que la Ville de Paris a lancé, en 2016, un appel à projets pour une logistique urbaine durable qui a pour objet l’attribution d’une convention d’occupation du domaine public. De son côté, dans le cadre de son plan DistriGreen, DHL Express s’est mis en quête d’emplacements dans les parkings privés parisiens pour installer des centres de distribution de proximité. Une offre de service multimodal tout compris, incluant le fret fluvial et le grutage, le pré-acheminement et l’acheminement final, se met également en place à l’initiative du cluster Logistique urbaine IDF. « Notre objectif, c’est d’ouvrir dès 2018 une navette fluviale quotidienne entre le port de Gennevilliers et ceux de Paris intra-muros et de proposer un seul interlocuteur et un prix unique pour l’ensemble de la chaîne de transport », détaille Marc Bazenet, le président du cluster. Un projet est rendu possible par le développement d’une caisse mobile multimodale adaptée au fret fluvial et allant sur tous les types de camions.

Et à l’heure où 88 % des cyber-consommateurs franciliens privilégient la livraison à domicile et où 35 % d’entre eux plébiscitent les retraits en point relais, selon l’IAU, rendre les tournées plus efficaces demeure une obsession des opérateurs. Ces derniers trouvent du renfort auprès de start-up s’appuyant sur le crowdsourcing, à l’image de la société Voisins relais qui permet à un particulier de se faire livrer chez un voisin de son choix. Un autre projet, porté par deux intrapreneurs au sein du groupe La Poste, ambitionne de créer un réseau de points d’instance postale constitué de voisins volontaires. En cas d’absence, le facteur dépose le colis chez un voisin et son destinataire peut le récupérer plus tard. 

Une navette ferroviaire pour entrer dans Paris

L’hôtel logistique Chapelle International devrait entrer en service au premier semestre 2018 au nord de Paris. Le cœur de ce projet, porté par Sogaris Paris, réside dans la création d’un terminal ferroviaire urbain de 15 000 mètres carrés et d’espaces logistiques sur une surface équivalente. « L’installation a été conçue pour réceptionner quatre navettes par jour. Ces trains transporteront des caisses mobiles qui seront positionnées sur des camions à motorisations propres et livrées directement chez les clients », détaille Jonathan Sebbane, directeur général de Sogaris. Chaque navette pourra transporter 60 caisses accueillant chacune 15 palettes d’une tonne. « Pour chaque caisse, nous aurons l’équivalent d’un poids lourd de 19 tonnes ce qui, pour chaque navette, représente 120 camions en moins sur les routes en intégrant les flux retours », précise Jonathan Sebbane. Chapelle International présente, par ailleurs, la particularité d’être un programme immobilier mixte, avec des bureaux et un datacenter, dont le toit-terrasse, propriété de la Ville de Paris, accueillera des équipements publics, notamment un espace dédié à l’agriculture urbaine. « Nous avons souhaité un bâtiment pour la logistique, couplé à une écriture architecturale urbaine permettant son appropriation et facilitant le retour de cette activité en ville, plaide Jonathan Sebbane. La qualité architecturale impose d’investir plus. Ce qui est possible par une péréquation intelligente à l’échelle du programme. »

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle