Quotidien des Usines

La liquidation de Pack'Aéro MRS ébranle Eurocopter et l'aéronautique provençale

, , , ,

Publié le

Fabricant de pièces mécaniques, en quasi-totalité pour Eurocopter, Pack'Aéro MRS situé à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), filiale du groupe Vignal Artru, a été placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Salon-de-Provence. 37 salariés vont être licenciés. Un coup dur pour la filière aéronautique provençale.

La liquidation de Pack'Aéro MRS ébranle Eurocopter et l'aéronautique provençale

"Un vrai gâchis humain et industriel", se désole Jean-Marc Rodriguez, délégué du personnel de Pack'Aéro MRS à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), avant d'entrer vendredi 6 décembre, en rendez-vous avec l'administrateur judiciaire. A quelques jours des fêtes, les 37 salariés de ce sous-traitant d'Eurocopter, spécialisé dans la fabrication de pièces mécaniques, ont appris la liquidation de leur société par le tribunal de commerce de Salon-de-Provence.

Pack'Aéro MRS est née en 2010 de la reprise de la société provençale Sopremega par le groupe Vignal Artru, situé à Valence (Drôme), fournisseur de rang 1 de sous-ensembles pour l'industrie aéronautique (Safran, Eurocopter, Dassault...), le médical et le nucléaire. Produisant quasi-exclusivement pour Eurocopter à Marignane, l'unité vitrollaise a connu depuis une histoire mouvementée, alternant le positif, par ses ambitions affichées de croissance et son implication étroite dans plusieurs projets de structuration de la filière aéronautique régionale, et le négatif, caractérisé par des problèmes récurrents de trésorerie et un conflit social en avril, déclenché par la CGT à l'occasion de la signature d'un nouvel accord salarial.

Une liquidation incomprise

Aujourd'hui, Pack'Aéro MRS s'estime condamnée par Eurocopter qui, après l'avoir aidée à se restructurer et à améliorer sensiblement ses performances, a décidé d'arrêter les frais. L'hélicoptériste soutient avoir fait plus que son possible pour la relancer et la conserver dans le giron de ses fournisseurs privilégiés.

Directeur général de Pack'Aéro/Vignal Artru qui compte plus de 200 salariés sur quatre autres sites en France et en Tunisie pour un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros en 2012, Laurent Le Portz ne comprend pas la décision d'Eurocopter. "Le couperet tombe alors que nous étions à cinq mois de la profitabilité. Certes, l'usine a eu des difficultés à s'adapter aux exigences d'Eurocopter sur le plan de la production, de la qualité, de la logistique, du respect des délais, mais les efforts d'organisation, accompagnés par Eurocopter, commençaient à payer."

"Stratégie ambitieuse"

En 2010, c'est l'hélicoptériste qui demande à Vignal Artru, son partenaire depuis les années 70, de racheter Sopremega pour assurer sa pérennité. Le chiffre d'affaires de la société, de l'ordre de 2,5 millions d'euros, est déjà très dépendant du donneur d'ordres. Eurocopter s'engage à lui assurer des commandes et un chiffre d'affaires minimum. "Sur cinq ans", précise Laurent Le Portz.

L’acquisition se révèle rapidement moins attrayante qu'espéré pour le dirigeant, tant sur le plan industriel que sur sa compétitivité, altérée par des salaires au-dessus du marché. Certains décalages de commandes et de paiements, la nécessité d'investir pour réindustrialiser la fabrication de certaines pièces voulues par Eurocopter, entraînent l'unité dans une spirale financière qui conduit le groupe, d'une part, à faire appel à la Médiation du Crédit, d'autre part à lever des fonds avec la société de gestion Entrepreneur Venture, à hauteur de 2 millions d'euros en 2012, puis 1,6 million d'euros l'été 2013, tout en réévaluant certains contrats avec ses donneurs d'ordres. Le tout, sur la base de ses perspectives de développement, consolidées, entre autres, par les engagements d'Eurocopter.

"Pack'Aéro possède une stratégie ambitieuse, un marché en forte croissance, une expertise reconnue ainsi qu'une équipe de direction soudée et expérimentée", évoque alors Entrepreneur Venture pour justifier son investissement. Pour soutenir la démarche de réorganisation de ce sous-traitant qu'elle considère comme stratégique, Eurocopter va jusqu'à détacher un cadre pour accompagner son management, avec des effets positifs, reconnus de part et d'autre. Il est même envisagé que Pack'Aéro MRS se dote d'un nouvel atelier pour des pièces prototypes et de petite série sur la zone des Florides à Marignane, cœur du projet Henri Fabre soutenu par l'Etat, les collectivités locales et le pôle de compétitivité Pégase, pour renforcer l'écosystème aéronautique provençal.

Une rentabilité qui ne parait pas crédible

Malgré tout, les relations entre les deux sociétés se dégradent à l'approche de l'automne et la médiation de la sous-traitance, sollicitée, ne parvient pas à les assouplir. Confronté à sa propre réorganisation au plus haut niveau et à ses objectifs d'amélioration de sa rentabilité, Eurocopter, après avoir proposé de racheter l'affaire pour un euro, cesse ses engagements financiers vis-à-vis de la PME.

"En dépit de nos efforts depuis trois ans, la situation n'a cessé de se dégrader et l'atteinte d'une rentabilité prochaine ne nous apparaissait pas crédible, alors qu'un carnet de commandes est toujours en cours pour plus d'un an d'activité auprès du groupe, explique Alain Rolland, directeur industriel d'Eurocopter. Nous sommes très attachés au développement des PME de notre "supply-chain" pour qu'elles soient plus compétitives et réactives. Nous l'avons démontré avec plusieurs d'entre elles durant la crise et notre apport leur a permis de passer le cap. Pas Pack'Aéro MRS. Nous ne pouvons donc plus soutenir une société sans espoir qu'elle se redresse. Nous en sommes d'autant plus désolés qu'industriellement, sa cessation nous contraint à rechercher d'autres prestataires".

Conséquences sur la filière

Les conséquences ne seront pas négligeables, non plus, sur la filière. Pack'Aéro est impliquée dans Inovsys, la plate-forme partenariale d'ingénierie et R&D pour le prototypage de systèmes complexes, qui doit passer d'un statut d'association à une société dont elle devait devenir l'un des actionnaires. Elle l'est aussi l'un des acteurs du pôle de compétitivité Pégase. Elle constitue surtout l'un des "plots" sur lesquels le projet Henri Fabre s'appuyait, côté PME, pour monter en gamme en mécanique, service et performance industrielle, l'écosystème aéronautique provençal autour d'Eurocopter et son programme Hélicoptère du Futur. Cette évolution s'articule autour d'un concept d'entreprise étendue.

La confiance est sans doute la valeur qui sera la plus fragilisée, à l'avenir, dans la foulée de ce conflit entre l'hélicoptériste et son sous-traitant.

Jean-Christophe Barla
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte