La lettre du social et du management du 2 au 8 septembre 2011

Partager

Pas de gel des salaires en 2011
C’est la surprise de l’enquête Aon Hewitt pour 2011 : les budgets des RH pour les salaires ressortent en hausse de 2,8 % pour 2011, l’enveloppe pour les augmentations générales étant de 1,7 % et pour les augmentations individuelles de 2,3 %.

Et les perspectives pour 2012 sont au diapason : une hausse globale de 3 ,0 % était prévue au moment de l’enquête. Les DRH interrogés par Aon Hewitt déclarent trois axes prioritaires à leur politique salariale pour 2012 : le maintien du pouvoir d’achat à tous les niveaux de l’entreprise, la rétention des talents et la maîtrise des coûts. Un trio difficile à concilier. Les entreprises consultées possèdent malgré tout quelques leviers, comme les enveloppes de rémunération variable : 70 % d’entre elles ont prévu de les augmenter et elles ne sont plus réservées aux cadres. De plus en plus d’entreprises en proposent à leurs salariés non cadres.

Autre mesure qui ravit les DRH : la communication pour rappeler au salarié l’ensemble des éléments qui composent sa rémunération. Un moyen de lui faire savoir qu’il est payé plus qu’il ne le croît qui ne coûte pas trop cher à l’entreprise. Près de 6 firmes interrogées sur 10 interrogées déclarent avoir mis en place un bilan social individualisé et 23 % prévoient de le faire dans les prochains mois.

Redressement de l’Ursaff : les bonnes recettes
Alors que les ondes relaient des messages gouvernementaux contre la fraude fiscale et sociale, l’Ursaff vient de publier son bilan 2010 en la matière. L’ensemble des contrôles a permis de récupérer 1,237 milliard d’euros (contre 1.194 milliard en 2009). Les principales causes de redressement sont les cotisations non payées. Près d’un redressement sur 3 concerne du travail dissimulé. Autre source de redressement : les mesures dérogatoires pour favoriser l’emploi, avec en tête les allégements de charges sur les bas salaires. Certains ont tendance à interpréter la loi de façon plus généreuse qu’elle ne l’est dans les faits. 115 millions d’euros récupérés provenaient d’erreurs de calculs ou de malhonnêteté dans les frais professionnels.

L’harmonisation des régimes de prévoyance coûte cher à Dassault
Longtemps, cadres et non cadres ont eu des régimes de prévoyance différenciés, les premiers profitant de prestations de meilleure qualité. Depuis que la Cour de cassation est stricte sur les mesures préférentielles à destination des cadres, certaines entreprises tentent d’harmoniser les deux régimes prévalant en leur sein jusqu’ici.

Ainsi, Dassault Aviation a signé en 2009 un accord pour rapprocher les couvertures décès des uns et des autres. Actuellement, la direction des ressources humaines et les syndicats négocient un rapprochement des risques incapacité et invalidité. Les syndicats voudraient que les salariés qui perçoivent d’ores et déjà des prestations obtiennent un rattrapage. Niet de la direction qui a sorti sa calculette et évalue la mesure à 1,6 million d’euros. Pour l’heure, la négociation continue.


A lire cette semaine dans L’usine nouvelle

- L’interview de Xavier Bertrand, ministre du Travail, de L’emploi et de la santé : « il faut élargir l’assiette des cotisations sociales ».

- L’anglais dans l’entreprise : où est la limite

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS