Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La leçon de lucidité d'un syndicaliste

, , , ,

Publié le

La leçon de lucidité d'un syndicaliste © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Les entreprises citées

Avait-il le blues ? Je ne le crois pas. Était-il découragé ? Sans doute un peu, notamment lorsqu’il me confia que tout semblait se dérober sous nos pieds en matière industrielle, malgré tous les efforts, malgré les sommes colossales investies depuis trente ans pour contrecarrer la désindustrialisation. Voulait-il jeter l’éponge ? Pas le moins du monde. Au contraire. Ce patron d’une grande centrale syndicale de salariés s’interrogeait plutôt sur son rôle, sur les combats qu’il mène depuis des années au niveau de son entreprise et de sa branche. Tout haut mais en "off", il s’interrogeait sur l’utilité de son rôle : à quoi servaient ces rounds de négociation annuelle sur des systèmes de classification datant de l’après-guerre ?

Il se disait pragmatique, prêt à tout abandonner pour repartir de la feuille blanche, sans tabou, pour écrire des accords de notre temps, adaptés à notre époque.

Il doutait de la pertinence de défendre les minima salariaux, les coefficients, les droits à la formation et bien d’autres avantages sociaux. Toutes ces luttes lui semblaient vaines et anachroniques. "Est-ce que je me bats pour les vrais sujets ?" me lança-t-il droit dans les yeux. La réponse, il la formula lui-même : "Quand on a 5 millions de personnes sans emploi, des entreprises exsangues, est-ce que tout cela veut encore dire quelque chose Je me le demande de plus en plus." Il ne pouvait que constater, humblement, l’inefficacité des "protections" sociales accumulées. Selon lui, ce système complexe ne servait plus à défendre les droits des salariés ou ceux des patrons. Il permettait surtout à quelques exégètes de ces législations sociales de faire carrière (et profit) sur le dos de cette complexité.

En y repensant à froid, qu’est-ce que ce syndicaliste a voulu me confier finalement ? Tout simplement qu’il en avait assez de se battre pour l’accessoire, qu’il voulait enfin parler du seul sujet qui vaille : comment maintenir des jobs et des usines ici ? Et pour avoir des résultats, il se disait pragmatique, prêt à tout abandonner pour repartir de la feuille blanche, sans tabou, pour écrire des accords de notre temps, adaptés à notre époque.

Que l’on ne se méprenne pas. Il ne tenait pas un discours libéral, il ne cherchait pas à casser les avantages acquis. Il jaugeait simplement leur efficacité à l’aune des emplois créés ou sauvegardés. Et, las, il ne pouvait que reconnaître leur (très) maigre rendement. En l’écoutant, je me suis dit que cet homme de bon sens ne pouvait être isolé. Et qu’il fallait que je livre son témoignage pour voir si d’autres, dans leur for intérieur, pensaient de même. Si c’est le cas, qu’ils l’écrivent ! 

Thibaut de Jaegher

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

06/12/2013 - 15h47 -

C'est courageux de sa part de vous l'avoir confié.
C'est astucieux de nous le faire savoir.
Que les organisations syndicales ouvrières et patronales se mettent autour de la table avec ce même état d'esprit et notre industrie pourra commencer à respirer !
Répondre au commentaire
Nom profil

05/12/2013 - 13h39 -

Je suis entièrement d'accord avec la leçon de lucidité de ce syndicaliste.
Il faut tout remettre à plat afin de redonner au pays sa vitalité.
Répondre au commentaire
Nom profil

04/12/2013 - 19h09 -

Si seulement ce n'était pas un rève.......
Si seulement cela pouvait être vrai !!!!!!!!!!
Si seulement c’était possible ???
Malheureusement c’était un propos en off.
Quoi qu'il arrive c'est notre seul chance de peut être nous en sortir
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle