Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La Lauragaise, ex-Spanghero, lance un appel à la grande distribution

, , , ,

Publié le

L'activité de l'usine de La Lauragaise, ex-Spanghero, située à Castelnaudary (Aude) a repris, ce mercredi 31 juillet, avec une quarantaine d'employés. Son dirigeant, Laurent Spanghero invite les acteurs de la grande distribution à passer des contrats avec son entreprise.

La Lauragaise, ex-Spanghero, lance un appel à la grande distribution © SalonIPA, Commons

Ça redémarre chez Spanghero… ou plutôt La Lauragaise. Rebaptisée depuis la reprise le 5 juillet par son fondateur, Laurent Spanghero, l'usine de Castelnaudary (Aude) lance la production de cassoulet en boite, mercredi 31 juillet, avec une quarantaine d'employés. Près de 30 000 boites devraient sortir de l'usine aujourd'hui.

Après avoir été au centre de 5 mois d'ouragan médiatique, qui a failli provoquer sa perte, l'ex-Spanghero a relevé la tête. Et son dirigeant, pour qui le scandale de la viande de cheval semble loin derrière, en appelle aux donneurs d'ordre de la grande distribution en les invitant à passer des contrats avec son entreprise.

"Nous avons besoin des enseignes"

"Nous avons besoin - et là c'est un appel que je lance - nous avons besoin des donneurs d'ordres, des enseignes, a déclaré Laurent Spanghero. Si les grandes enseignes ne nous suivent pas...ce n'est pas une bonne nouvelle mais il faudra faire avec." Il a précisé que Lidl voulait faire un "break" avec l'ex-Spanghero.

Dans un entretien au journal La Dépêche, le dirigeant de l'entreprise fondée en 1970 a annoncé que Michel-Édouard Leclerc s'était montré "intéressé de travailler avec nous", mais pas avant le 20 août. Jean-Pierre Coffe, animateur radio et fervent défenseur de la gastronomie française, lui a fait part de son intention d'intervenir auprès de Leader Price. 

Pour ce dirigeant, l'essentiel est que "l'usine démarre, même si ce n'est qu'avec une quarantaine de personnes. C'est une première marche",  a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

90 emplois sur 240 maintenus

Placée en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité le 19 avril, Spanghero s'est vu offrir 3 mois pour trouver un repreneur par le tribunal de Commerce de Carcassonne. Un plan de sauvegarde de l'emploi portant sur les 240 salariés, a été lancé un mois plus tard. Début juillet, le tribunal a finalement retenu l'offre de reprise du dirigeant de 74 ans, qui proposait le maintien de 90 emplois.

L'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 79 millions d’euros sur un exercice 2011-2012 de 18 mois et a souffert d'une perte nette de 3,66 millions d’euros sur cette période.

Timothée L'Angevin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle