Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La justice valide la reprise de GM Strasbourg par Punch Metals International

, , , ,

Publié le

L'accord sera signé demain et la reprise sera effective au 1er février.

La justice valide la reprise de GM Strasbourg par Punch Metals International © DR

La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg (Bas-Rhin) a entériné jeudi 3 janvier après-midi la reprise de l'usine de boîtes de vitesses General Motors de Strasbourg par l'équipementier belge Punch Metals International, détenue par l’entrepreneur Guido Dumarey. Cette décision permet la sauvegarde des 990 emplois du site.

Les deux groupes avaient annoncés être parvenus à un accord le 21 décembre, mais des discussions ont encore eu lieu jusqu'à la dernière minute, selon le secrétaire CFDT du comité d'entreprise, Jean-Marc Ruhland.

Selon General Motors, "l'opération prévoit un accord d’approvisionnement à long terme avec ZF, leader sur le marché des équipementiers automobiles. A partir de 2014, ZF développera ainsi avec Punch le nouveau projet de boîte 8 vitesses".

Au total, "590 000 unités doivent être produites en 2015, 2016 et 2017 et ZF se porte garant au cas où il y aurait problèmes de fonds de roulement", précise Jean-Marc Ruhland. Pour les deux années à venir, General Motors continuera à assurer des commandes, au rythme de 200 000 unités par an.

Le lancement de la production de la nouvelle boîte 8 vitesses nécessite un investissement de l'ordre de 150 millions d'euros. Selon Jean-Marc Ruhland, "GM laisse 93 millions d'euros en compte courant" pour faciliter la réalisation de ce projet.

L'usine va connaître un sureffectif passager de 120 à 150 personnes durant les deux années qui viennent, estime-t-il, mais des mesures de chômage partiel et de formation seront prises. Au premier semestre 2013, 28 jours de chômage partiel sont ainsi déjà prévus.

"Si les départs naturels ne sont pas compensés, on ne sera de toute façon plus que 830 fin 2014, début 2015", calcule-t-il.

Thomas Calinon

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle