Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La justice perquisitionne chez Areva pour l'affaire Uramin

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Alertée par la Cour des comptes, la brigade financière lance une enquête préliminaire sur le rachat de la société minière Uramin par Areva en 2007. Transaction qui a fait perdre plus d'un milliard d'euros à l'entreprise.

La justice perquisitionne chez Areva pour l'affaire Uramin © Areva

Ce mardi 3 juin, le parquet national financier (PNF) a procédé à plusieurs perquisitions dans le cadre de l'affaire du rachat d'Uramin par Areva en 2007. Alertés par la Cour des comptes en février dernier, les magistrats ont envoyé des enquêteurs à la recherche d'informations, notamment au siège d'Areva et chez l'ancienne Présidente du Directoire Anne Lauvergeon.

En 2007, Areva a racheté la société minière canadienne Uramin pour 1,8 milliard d’euros. Dans les quatre années qui ont suivi, la société a vu sa valeur divisée par cinq, en raison de réserves d’uranium bien moindres qu’annoncé dans ses mines africaines. Cela avait forcé Areva à enregistrer, début 2012, le premier déficit de son histoire avec une perte de 1,9 milliard d’euros, dont 1,5 milliard de dépréciation d’actifs.

Une information cachée ?

La Cour des comptes et la justice s'interrogent sur le temps qu'il a fallu à Areva pour révéler ces pertes, au point d'imaginer des malversations. Il est soupçonné une "présentation ou publication de comptes inexacts ou infidèles", une "diffusion d'informations fausses ou trompeuses" et un délit de "faux et usage de faux". En 2012, l'entreprise avait procédé a une enquête interne qui avait conclu à des erreurs de gouvernance mais à l'absence de malversation.

Ce mois de juin débute mal pour le leader mondial de l'atome, un autre coup de butoir devrait frapper le groupe d'ici quelques jours : la publication d'un rapport de la Cour de comptes sur les années 2006-2011 d'Areva. Il dénonce en particulier une mauvaise gestion des grands projets, comme la construction de l'EPR en Finlande.

Lors de son Assemblée Générale du 20 mai dernier, le Président du Directoire d'Areva Luc Oursel et le Président du Conseil de surveillance Pierre Blayau ont appelé à oublié l'histoire Uramin. "La page est tournée, veut croire le premier. Toutes les conséquences sont totalement intégrées dans les comptes d’Areva." "Il est temps de se projeter sur l’avenir", juge le second. La Cour des comptes et la justice semblent pas partager cet avis...

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus