La justice européenne renforce la protection de l'appellation "champagne"

La Cour de justice de l'Union européenne a donné raison ce 9 septembre aux producteurs de champagne français sur la protection des appellations d'origine protégée (AOP), à la suite d'un contentieux avec une chaîne de bars à tapas espagnole sur le terme "champanillo" ("petit champagne").

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La justice européenne renforce la protection de l'appellation
La Cour de justice de l'Union européenne a donné raison jeudi aux producteurs de champagne français sur la protection des appellations d'origine protégée (AOP), à la suite d'un contentieux avec une chaîne de bars à tapas espagnole sur le terme "champanillo" ("petit champagne"). /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

On n'utilise pas une appellation évoquant le "champagne" français à la légère... La cour de justice de l'Union européenne l'a rappelé à la justice espagnole ce 9 septembre.

Le Comité interprofessionnel du vin de champagne (CIVC) avait saisi les juridictions espagnoles afin de faire interdire l'utilisation du terme "champanillo" par des bars à tapas, dans des publicités. En première instance, le tribunal de commerce de Barcelone avait rejeté les réclamations du CIVC, soutenant que le terme "champanillo" ne désignait ici pas une boisson alcoolisée mais était destiné à promouvoir des établissements dans lesquels le champagne n'était pas proposé à la vente... Le visuel montrait tout de mêmes des coupes de boisson mousseuse...

Saisie en appel, l'Audiencia Provincial de Barcelona (cour provinciale de Barcelone) a demandé à la Cour de justice de l'Union européenne d'interpréter le droit en matière de produits d'appellation d'origine protégée (AOP) afin de clarifier les contestations. Celle-ci a déclaré ce 9 septembre que les AOP couvraient tant des produits que des services, une protection très large qui a vocation à s'étendre à toute utilisation visant à profiter de la réputation associée aux produits visés par l'une de ces indications.

Les AOP sont en effet conçues pour offrir une garantie de qualité des produits eu égard à leur provenance géographique et empêcher que des tiers ne tirent abusivement profit de leur réputation, a ajouté la CJUE dans un communiqué.

Les juges de l'Union européenne ont déclaré qu'il appartenait désormais à la cour provinciale de Barcelone de statuer définitivement sur l'affaire, en gardant à l'esprit les éclaircissements fournis.

Avec Reuters (Philip Blenkinsop, version française Juliette Portala, édité par Sophie Louet)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS