Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La justice espagnole rejette la vente des marques de FagorBrandt à Cevital

,

Publié le

Suite à un recours du gouvernement basque, la justice espagnole demande au groupe algérien Cevital d’améliorer de 10 millions d’euros son offre d’achat sur les marques de FagorBrandt. Une condition qui peut mettre à mal la reprise des sites français.  

La justice espagnole rejette la vente des marques de FagorBrandt à Cevital © Pascal Guittet

Nouveau coup dur pour les 1 800 salariés de FagorBrandt. La justice espagnole a rejeté l'offre de rachat des marques de FagorBrandt (Brandt, Vedette, Sauter, De Dietrich...) déposée par le groupe algérien Cevital, principal candidat à la reprise du fabricant français d'électroménager. Cette acquisition était une des conditions majeures à la reprise partielle des activités industrielles et commerciales du groupe en France.

"L'offre de cession des marques à Cevital a été rejeté suite au recours engagé par le gouvernement basque", a expliqué un représentant syndical de l'entreprise française. Selon la presse espagnole, la justice demande au groupe algérien d’améliorer son offre de 10 millions d’euros pour la reprise des précieuses marques, ce qui porterait le prix de vente à 35 millions d’euros, contre 25 aujourd’hui dans la proposition de Cevital.

Incertitudes sur le maintien de la candidature

"C’est une mauvaise nouvelle qui peut mettre à mal la reprise des activités françaises", a commenté Paul Briglia, délégué syndical CGT à Lyon. Le 13 mars, le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) avait, pour la troisième fois, repoussé au 27 mars l'examen des offres de reprise afin de permettre à Cevital de finaliser son rachat.

Rien ne dit aujourd’hui que dans ces conditions, Cevital acceptera de prolonger son offre au-delà du 31 mars et de poursuivre les négociations. Le groupe algérien propose de conserver les usines de Vendôme (Loir-et-Cher) et Orléans (Loiret), le siège et les services après-vente, soit 1 200 salariés.

La reprise de FagorBrandt, filiale du groupe espagnol Fagor, était depuis novembre compliquée par le fait que ses marques sont détenues par une autre filiale du groupe espagnol, lui-même en cessation de paiement, basée en Irlande.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle