L'Usine Auto

La justice américaine épingle un virement de Carlos Ghosn à un complice présumé de sa fuite

, , , ,

Publié le , mis à jour le 08/07/2020 À 08H09

Carlos Ghosn aurait transféré près de 765 000 euros à l'une des personnes suspectées d'avoir participé à son évasion en 2019. Des procureurs américains ont révélé ce virement le 7 juillet. 

La justice américaine épingle un virement de Carlos Ghosn à un complice présumé de sa fuite
Carlos Ghosn s'est réfugié au Liban après sa fuite du Japon en décembre 2019, où il est soupçonné de malversations financières et d'abus de confiance. /Photo prise le 8 juin 2020/REUTERS/Mohamed Azakir
© Mohamed Azakir

Carlos Ghosn a transféré en 2019 une somme de 862 500 dollars (près de 765 000 euros) à une société dirigée par Peter Taylor, ont déclaré des procureurs américains dans un document de justice déposé mardi 7 juillet. Peter Taylor est l'un des deux hommes soupçonné d'avoir aidé l'ancien patron de Nissan et de Renault à fuir le Japon.

Les deux suspects veulent éviter l'extradition

Michael Taylor et son fils Peter Taylor sont suspectés d'avoir participé à la fuite de Carlos Ghosn vers le Liban en décembre 2019. L'annonce des procureurs américains intervient moins de vingt-quatre heures après que les deux hommes ont émis une requête auprès d'un juge américain pour demander leur libération sous caution.

Quelques jours plus tôt, Tokyo a officiellement demandé aux Etats-Unis l'extradition de Michael Taylor, ancien membre des forces spéciales américaines, et de son fils. Les deux hommes tentent d'éviter ce scénario.

Les procureurs veulent maintenir les deux hommes en prison

Le document de justice déposé mardi 7 juillet auprès d'un tribunal fédéral du Massachusetts montre deux transferts d'argent en octobre 2019, de 540 000 et 322 500 dollars, depuis un compte bancaire parisien vers Promote Fox LLC, une société dirigée par Peter Taylor et l'un de ses frères. Aux yeux des procureurs, qui ne précisent pas la somme touchée directement par les Taylor, cela constitue une "preuve supplémentaire" que les deux hommes ont les ressources pour fuir et doivent donc être maintenus en prison.

Des avocats des suspects ont demandé la libération sous caution de leurs clients, soulignant ce qu'ils considèrent comme des arrestations injustifiées. Michael et Peter Taylor sont détenus dans un centre correctionnel du Massachusetts dans lequel 36 prisonniers et membres du personnel pénitentiaire ont été testés positifs au coronavirus.

Avec Reuters (Jonathan Stempel ; version française Jean Terzian)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte