La Hongrie espère réduire ses dépenses de 1 à 1,5% du PIB

par Krisztina Than et Marton Dunai

Partager

BUDAPEST (Reuters) - La Hongrie va devoir réduire ses dépenses d'environ un à 1,5% de son produit intérieur brut (PIB) afin de remplir les objectifs fixés par le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE) cette année mais le pays doit aussi raviver la croissance, a déclaré lundi le ministre de l'Economie.

Dans le cadre de plusieurs interventions visant à calmer les craintes des investisseurs, Gyorgy Matolcsy a indiqué que la Hongrie s'en tiendrait à son objectif d'un déficit budgétaire représentant 3,8% du PIB.

S'exprimant sur CNBC, le ministre hongrois de l'Economie a déclaré qu'il y avait eu un certain nombre de dysfonctionnements dans la communication la semaine passée et ajouté : "il est absolument évident que la Hongrie n'est pas la Grèce".

Samedi, le gouvernement hongrois avait déjà affirmé s'en tenir à son objectif de 3,8% de déficit par rapport au PIB en 2010 et avait alors jugé "exagérées" les déclarations officielles qui avaient contribué la veille à un repli des Bourses et à une baisse de l'euro.

"Nous nous en tiendrons à 3,8% de déficit budgétaire cette année; cela a été convenu avec le FMI et l'UE et accepté par le gouvernement et il n'y aucun doute à ce sujet; nous nous en tiendrons à ce chiffre", a déclaré Gyorgy Matolcsy.

"D'une part, il est évident qu'un plan d'austérité ne s'impose pas. D'autre part, aucun plan de relance par le budget n'est envisagé. Nous réduirons les dépenses budgétaires et nous augmenterons les recettes; c'est le plan d'action du nouveau gouvernement".

Il a également réitéré les projets du gouvernement en faveur d'une réduction des impôts, ce qui n'est pas sans soulever quelques questions parmi les analystes quant à la capacité de Budapest à réaliser son objectif de déficit budgétaire de 3,8% du PIB cette année.

LES INVESTISSEURS PERPLEXES

"On ne peut pas ne pas être perplexe quand les responsables hongrois parlent d'un déficit budgétaire bien plus important que prévu et que dans le même temps ils excluent des mesures d'austérité et à la place promettent des baisses d'impôts", souligne Lars Christensen, analyste chez Danske Bank.

Les investisseurs continuent d'ailleurs d'être dubitatifs puisque dès les premiers échanges, la Bourse de Budapest chutait de plus de 5%, alors que l'euro continuait de se négocier à moins de 1,20 dollar et que le forint reculait vis-à-vis de la devise européenne.

Les valeurs bancaires comme OTP Bank et FHB sont particulièrement attaquées, la première cédant 4,55%, après avoir perdu 10%, pendant que la seconde perdait 3,41% vers 7h30 GMT.

Selon la presse hongroise, le gouvernement hongrois pourrait taxer les banques afin de réaliser ses objectifs économiques.

Gyorgy Matolcsy a indiqué sur CNBC que d'ici la fin mai, 87% de l'objectif annuel en matière de déficit budgétaire aurait déjà atteint.

La plupart des économistes estiment que la Hongrie est dans une position plus solide que celle de la Grèce, ses déficits et son niveau d'endettement n'étant pas aussi élevés que ceux d'Athènes.

De fait, la dette publique hongroise a atteint environ 80% du PIB en 2009, contre 133% pour la Grèce attendu cette année. Budapest a également dégagé un excédent de ses comptes courants l'an dernier et ramené son déficit budgétaire à 4% après d'importantes réductions de ses dépenses.

Toutefois, le gouvernement a néanmoins entamé samedi une réunion de trois jours. L'annonce d'un programme de mesures est attendue d'ici la fin de la journée.

Gyorgy Matolcsy a notamment fait état d'une proposition prévoyant la suppression de 20% des 58 différentes catégories de taxes. Il a dit espérer qu'un programme radical de réduction des impôts de trois ans pourrait être lancé dès cette année.

Wilfrid Exbrayat et Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français, édité par Danielle Rouquié

0 Commentaire

La Hongrie espère réduire ses dépenses de 1 à 1,5% du PIB

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS