L'Usine Santé

[Homéopathie] Risque de déremboursement, Boiron suspend son cours en Bourse

Simon Chodorge ,

Publié le , mis à jour le 27/06/2019 À 10H35

[ACTUALISÉ] L'avis définitif de la Haute autorité de santé (HAS) sur l'homéopathie doit être révélé officiellement vendredi 28 juin. Dans ce texte, la HAS préconiserait le déremboursement des fameuses granules. Boiron a dénoncé ces fuites dans la presse en suspendant son cours en Bourse.

[Homéopathie] Boiron suspend son cours en Bourse
En 2018, le remboursement des médicaments homéopathiques a présenté 126,8 millions d’euros en France.
© Iosif Szasz-Fabian - Fotolia

Actualisation du jeudi 27 juin : Jeudi 27 juin, Boiron a demandé pour la deuxième fois la suspension de son cours en Bourse. Le leader mondial des granules homéopathiques a dénoncé à nouveau les fuites dans la presse de l'avis définitif de la Haute autorité de santé (HAS) sur le déremboursement de l'homéopathie. "Il s’agit là d’une nouvelle violation des règles de cette procédure d’évaluation qui nuit gravement à l’entreprise, à ses salariés et à ses actionnaires", a déclaré l'entreprise dans un communiqué.

C’est une nouvelle étape vers un potentiel déremboursement de l’homéopathie. Vendredi 28 juin, la Haute autorité de santé (HAS) doit publier son avis définitif sur le remboursement controversé des granules par la Sécurité sociale. Selon des informations de Libération, la HAS va demander le déremboursement, un nouveau coup dur pour les fabricants français de médicaments homéopathiques.

<< Retrouvez notre enquête :

En 2018, le remboursement des médicaments homéopathiques a représenté 126,8 millions d’euros en France. Certaines granules sont en effet remboursées à hauteur de 30% par la Sécurité sociale.

Avis adopté à la très grande majorité

Le texte a été adopté dès mercredi 26 juin par la commission de la transparence de la HAS. Selon Libération, la "commission de la transparence de la Haute autorité de santé a voté ce mercredi [26 juin] à la très grande majorité (une seule voix contre) le déremboursement des produits homéopathiques".

Cette décision de la HAS ne serait guère une surprise. Mi-mai, le projet d’avis de la commission de la transparence mentionnait déjà un "service médical rendu insuffisant". L’avis définitif de l’autorité est toutefois attendu depuis plusieurs mois, autant par les entreprises concernées que par des médecins qui dénoncent “l’absence de preuves de l’efficacité” des gélules.

Agnès Buzyn devra trancher

L’avis de la HAS n’acte pas encore le déremboursement de l’homéopathie. Il revient à la ministre de la Santé de trancher. Toutefois, Agnès Buzyn a indiqué à plusieurs reprises qu’elle suivrait l’avis de la Haute autorité de santé.

Si la nouvelle se confirme, elle risque d’affecter durement les trois principaux laboratoires homéopathiques : le groupe français Boiron, l’entreprise suisse Weleda et la société allemande Lehning. Depuis plusieurs semaines, Boiron mène une campagne pour défendre ses gélules sur les réseaux sociaux et sur un site baptisé “MonHomeoMonChoix”.

Malgré ce lobbying, l’entreprise a vu ses ventes dégringoler au premier trimestre 2019. Le laboratoire français a aussi été mis en difficultés par les fuites de l’avis de la HAS dans la presse. En mai, il avait dû suspendre son cours en Bourse.

Les laboratoires ont appelé à une manifestation à Paris et à Lyon (région fief de Boiron) vendredi 28 juin au matin, en marge de la publication de l’avis de la HAS.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/06/2019 - 09h27 -

Qu'y à t-il de plus bête que de dérembourser l'homéopathie, sinon pour faire de la place aux lobbys des médicaments qui pourront à leur aise fabriquer un .placebo. qui leur fera gagner plus d'argent tout en éliminant un concurrent gênant. Et si plutôt on déremboursait les médicaments dangereux et inutiles ! Ma belle à absorbé pendant des années tout un tas de médicaments que lui prescrivait son médecin. Arrivé dans un HEPAD, tout lui a été supprimé du jour au lendemain ........sans problème ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte