Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La hausse du yuan chinois aurait un effet limité aux USA

Publié le

par Alister Bull et David Lawder

La hausse du yuan chinois aurait un effet limité aux USA © REUTERS

WASHINGTON (Reuters) - Une réévaluation du yuan pourrait avoir des effets à long terme bénéfiques pour la Chine comme pour l'économie mondiale dans son ensemble, sans pour autant permettre aux Etats-Unis de recréer les emplois perdus ces dernières années en raison de l'envolée des exportations chinoises, estiment de nombreux analystes.

L'administration Obama a annoncé samedi le report sine die de la publication de son rapport annuel sur les grands partenaires commerciaux des Etats-Unis, qui lui aurait donné l'occasion d'accuser formellement Pékin de manipuler sa monnaie.

De nombreux membres du Congrès accusent les autorités chinoises de sous-évaluer sciemment le yuan pour soutenir les exportations, avec pour conséquence un avantage jugé déloyal sur les entreprises américaines et des suppressions d'emplois aux Etats-Unis.

Pékin réfute régulièrement ces accusations tout en promettant de favoriser à terme une réforme de sa politique de change.

Mais certains observateurs rappellent que le fait que la Chine ait laissé le yuan s'apprécier entre 2005 et 2008 n'a pas favorisé les exportations américaines et n'a pas infléchi la tendance à l'envolée de l'excédent commercial chinois.

"Quiconque espère un changement révolutionnaire de politique risque d'être très déçu", a déclaré Tim Adams, ancien sous-secrétaire au Trésor chargé des affaires internationales dans l'administration de George W. Bush.

Certains analystes expliquent que la hausse du yuan entre 2005 et 2008 n'a pas eu les effets escomptés parce qu'elle a été insuffisante et trop lente. Mais ils ajoutent que de nombreux responsables chinois jugent les ajustements des parités de change tout simplement inefficaces.

"Il y a un vif débat entre techniciens, technocrates et chercheurs qui plaident pour un changement et ceux qui veulent maintenir le statu quo", résume Tim Adams.

"ARGUMENT FALLACIEUX"

Nicholas Lard, spécialiste de la Chine au Peterson Institute for International Economics, à Washington, estime qu'il ne faut pas s'attendre à voir le yuan bouger tant que Pékin n'aura pas pris acte d'une reprise économique durable en Europe et aux Etats-Unis.

Même si les arguments en faveur d'un relâchement du lien entre yuan et dollar ne manquent pas, ajoute-t-il, il est certain qu'une telle évolution ne permettra pas aux Etats-Unis de récupérer certains des emplois supprimés ces dernières années en raison de la concurrence des importations chinoises à bas prix.

"C'est un argument fallacieux", juge-t-il. "La production se déplacera vers un autre centre de coûts bas, sans doute quelque part ailleurs en Asie, mais elle ne retournera pas aux Etats-Unis."

"Une réévaluation en Chine aurait un effet globalement bénéfique en réduisant les déséquilibres mais il ne faut pas la considérer comme la principale solution au déficit courant des Etats-Unis."

Jugeant intenable à long terme l'ampleur du déficit courant des Etats-Unis, tout comme celle de l'excédent chinois, les pays du G20, Chine comprise, se sont engagés en septembre à mener des politiques permettant de réduire ce type de déséquilibres.

Certains analystes ont interprété cette promesse de Pékin comme un engagement à laisser le yuan s'apprécier mais ne s'avancent pas sur le calendrier de cette évolution.

LES MÉNAGES AMÉRICAINS EXPOSÉS

Le yuan évolue non loin de 6,83 pour un dollar depuis l'été 2008, durant lequel Pékin, en réaction à la crise économique mondiale, a suspendu le mouvement d'appréciation entamé trois ans plus tôt, qui avait permis à la devise de s'apprécier de 21% face au dollar américain.

Cette appréciation n'a pas eu d'effet notable sur la balance commerciale américaine. Le déficit courant des Etats-Unis s'est même creusé en 2006 et est resté important jusqu'en 2008, année durant laquelle il s'est réduit en raison de la récession.

Quoi qu'il en soit, les partisans d'une reprise de la réévaluation du yuan arguent du fait qu'elle accroîtrait la marge de manoeuvre des autorités monétaires chinoises. Parallèlement, ajoutent-ils, la croissance de la consommation en Chine pourrait créer des opportunités pour les exportateurs des pays développés, dont les Etats-Unis.

"Les Etats-Unis ont intérêt à ce que la Chine connaisse une croissance stable et soutenue. C'est un marché très important", explique Uri Dadush, du Carnegie Endowment for International Peace, à Washington.

A court terme toutefois, une appréciation rapide du yuan pourrait au contraire pénaliser les ménages américains.

"Une réévaluation du yuan augmenterait les prix des importations chinoises vers les Etats-Unis et le coût pour les ménages américains serait bien supérieur au profit pour les exportateurs américains", souligne Uri Dadush.

Les exportations américaines vers la Chine ont représenté l'an dernier 69 milliards de dollars, soit 6,6% seulement du total des exportations chinoises vers les Etats-Unis.

Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle