"La guerre en Libye a pris les sous-traitants en otage"

L'annulation du contrat entre STX et le commanditaire libyen a été annoncée hier, mercredi 22 juin. Une nouvelle qui fait des heureux : les sous-traitants.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

"Je suis très heureux. Cette guerre en Libye a pris les sous-traitants en otage, car les banques refusaient de nous cautionner", explique Arnaud Marion. Cet homme d'affaires a repris les Chantiers Baudet il y a deux ans pour redresser ce sous-traitant spécialiste des agencements d'intérieur.

Dans les faits, une partie des équipementiers n'a pas pu toucher d'acomptes sur le chantier du paquebot commandé par CNMTC en raison de la situation internationale et des mesures prise dans ce contexte contre les avoirs libyens. "Je vais pouvoir toucher un million d'euros. Ce n'est pas négligeable pour une entreprise comme la notre qui réalise un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros", précise Arnaud Marion. Pour le paquebot X32, les Chantiers Baudet doivent toucher même jusqu'à 7 millions d'euros.

La construction du bateau va néanmoins se poursuivre malgré la rupture du contrat. Ce paquebot étant affrété par l'armateur italien MSC, il y a de fortes chances qu'il en fasse l'acquisition. Même à un prix inférieur aux 500 millions d'euros prévus au départ, les pertes devraient être limitées.

Entre le jeu des assurances et l'acompte versé au départ par GNMTC (10 %), la décote ne devrait pas être trop pénalisante. Des armateurs seront sans doute intéressés par un navire livrable dans dix-huit mois.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS