La guerre des prix dans les télécoms a pesé sur les résultats de Bouygues en 2014

Bouygues a annoncé une forte baisse de son bénéfice opérationnel courant en 2014, pénalisé par un marché de la construction difficile en France et la guerre des prix dans les télécoms.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La guerre des prix dans les télécoms a pesé sur les résultats de Bouygues en 2014

Le français Bouygues a annoncé une baisse importante de son bénéfice opérationnel courant en 2014. Il a été pénalisé par un marché de la construction difficile en France et par la guerre des prix qui a fait rage dans le secteur des télécoms. Le groupe diversifié s'attend à un environnement encore difficile cette année, qui sera marquée par la fin de la restructuration de sa filiale télécoms entamée l'été dernier, et vise surtout 2016 pour un retour à la croissance.

Le résultat net opérationnel courant s'est élevé à 888 millions d'euros, contre 1319 millions un an plus tôt, soit une baisse de 33%. Le chiffre d'affaires est resté quasi stable à 33,14 milliards d'euros. Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux attentes. Le consensus des analystes fourni par la société anticipait un résultat opérationnel courant de 742 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 32,99 milliards.

Bouygues renoue tout de même avec les bénéfices

L'action a démarré la séance inchangée à 35,465 euros (+0,01%) à la Bourse de Paris mercredi matin. Elle gagne plus de 18% depuis le début de l'année, portée notamment par les spéculations concernant le sort de Bouygues Telecom. Au niveau du résultat net, Bouygues a renoué avec les bénéfices (+807 millions) après un exercice 2013 en perte (-757 millions) du fait d'une importante dépréciation de sa participation dans Alstom. Hors éléments exceptionnels, qui incluent des plus-values en 2014, le bénéfice net atteint 492 millions contre 650 millions un an plus tôt.

La filiale Bouygues Telecom a accusé une perte opérationnelle de 65 millions d'euros mais néanmoins atteint son objectif d'un solde excédent brut d'exploitation moins les investissements légèrement positif. Elle comptait 13 549 000 clients à la fin de l'année, soit 393 000 de plus que fin 2013. Le parc de clients de la seule division mobiles est de 11 121 000, ayant progressé de 73 000 sur le seul quatrième trimestre.

plan de départ volontaires de près de 1400 salariés

Bouygues Telecom a finalisé fin janvier un plan de départ volontaires de près de 1400 salariés qui s'inscrit dans une restructuration destinée à lui permettre d'assurer son avenir de façon autonome alors que la filiale fait l'objet de spéculations récurrentes. La semaine passée, Bouygues a assuré qu'aucune négociation n'était en cours actuellement pour la vente de sa filiale télécoms à la suite d'une information selon laquelle Altice, la maison mère de SFR-Numéricable, étudie un possible rachat.

Pour 2015, le groupe table sur une stabilité de l'excédent brut d'exploitation de Bouygues Telecom couplée à une "légère hausse" des investissements en liaison notamment avec la mise en oeuvre de l'accord de mutualisation d'une partie du réseau mobile avec Numéricable-SFR. Celle-ci s'accompagnera d'une dépréciation de la valeur du réseau qui, ajoutée à d'autres éléments de restructuration dans les autres métiers du groupe, se traduira par une charge de 200 millions d'euros dans les comptes consolidés de Bouygues en 2015.

conjoncture difficile sur le marché français de la construction

Dans la construction, Bouygues est parvenu l'an passé à compenser à l'international la conjoncture difficile sur le marché français, avec pour conséquence un chiffre d'affaires en progression de 2% malgré un recul de 4% dans l'Hexagone. Le carnet de commandes du métier s'élevait à 27,6 milliards d'euros à fin décembre, dont plus de la moitié à l'international, contre 26,8 milliards un an plus tôt.

Bouygues s'attend en 2015 à une marge opérationnelle courante stable de l'activité et à un chiffre d'affaires en baisse. Malgré ces perspectives, le groupe proposera à sa prochaine assemblée générale un dividende annuel inchangé de 1,60 euro, une décision qui "reflète la confiance dans le succès des actions mises en place par tous les métiers du groupe pour retrouver la croissance en 2016".

Avec Reuters

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS