Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

La guerre des prix aura-t-elle lieu dans les traitements de l'hépatite C ?

Astrid Gouzik ,

Publié le , mis à jour le 12/12/2016 À 09H23

Bonne nouvelle La ministre des Affaires sociales et de la Santé a annoncé, jeudi 8 décembre, avoir obtenu une baisse de prix significative pour un traitement de l’hépatite C. Véritable réussite pour Marisol Touraine ou stratégie logique de la part du laboratoire Merck ? Décryptage.

La guerre des prix aura-t-elle lieu dans les traitements de l'hépatite C ? © Wikimedia commons - ASCOM Prefeitura de Votuporanga

C’est avant tout une victoire pour les patients atteints de cette maladie infectieuse transmissible par le sang. MSD, la filiale de Merck en France, a décidé de casser les prix pour son traitement de l’hépatite C, le Zepatier. Il sera vendu au prix de 28 732  euros (avant remises confidentielles) pour un traitement de 12 semaines, pour un taux de guérison compris entre 93% et 100%. Ce coût est inférieur de près de 38 % à celui des autres médicaments contre l’hépatite C actuellement disponibles sur le marché, notamment l’Harvoni de Gilead. Après des mois de polémique autour des prix pratiqués par Gilead, cette réduction significative du prix du Zepatier est une avancée significative. Elle a surtout été le fruit de longues négociations entre le laboratoire MSD et le comité économique des produits de santé (le CEPS est l’organisme chargé par la loi de fixer les prix des médicaments à usage individuel pris en charge par l’assurance maladie obligatoire). Une nouvelle dont se réjouit Marisol Touraine dans un communiqué, preuve de "la détermination totale du gouvernement à garantir, par une politique volontariste de réduction des prix, l’accès de tous les malades de l’hépatite C aux nouveaux traitements contre cette maladie".

Stratégie mondiale

Mais cette baisse de prix concédée par MSK n’est en fait qu’une illustration de sa stratégie mondiale. En effet, Merck n’arrive qu’en troisième position sur le marché des traitements de l’hépatite. Et face à lui, se dressent deux concurrents de poids : Gilead et Abbvie. "Le véritable enjeu pour Merck est de gagner des parts sur le marché américain qui reste le premier marché mondial pour l’hépatite C", nous explique Patrick Biecheler, associé au cabinet Roland Berger, en charge de la practice pharmacie. Or aux Etats-Unis, le système de fixation des prix des médicaments est radicalement différent. Les autorités de santé ne se prononcent pas sur les tarifs, qui sont libres. "Le choix revient vraiment aux pharmacies des hôpitaux qui décident ou non de répertorier un médicament selon son prix", détaille-t-il. Sans cette baisse de prix sur le Zepatier, il y avait une chance pour que le médicament de Meck, ne soit pas répertorié par les hôpitaux. "La laboratoire est donc dans une logique mondiale de baisse des prix. La France a juste bénéficié de cette stratégie. Le risque d’export parallèle aurait été trop élevé si les prix avaient été plus bas aux Etats-Unis qu’ailleurs". Et d’ajouter : "De toute manière Merck aurait eu à consentir une baisse d’environ 20% quasiment automatique pour s’assurer une place sur le marché français. C’est finalement une négociation prix/volume assez logique pour le numéro 3 du marché", commente Patrick Biecheler.

"La notion de baisse de prix très significative doit être relativisée. C'est avant tout un coup commercial de la part de Merck, nous explique Marion Roquette-Pfister, avocate spécialiste de la question des prix des médicaments. Quand on procède à une comparaison détaillée entre les traitements de MSD (Zepatier), de Gilead (Harvoni) et celui de Abbvie (Viekirax), on voit que Gilead et Abbvie pourraient réduire la durée du traitement  (des études montrent que les traitements peuvent être efficaces au bout de 8 semaines) et baisser ainsi le prix du traitement entre 28 000 et 30 000 euros. La différence de 40% se réduit alors nettement", nuance-t-elle. 

Gilead, la force du pionnier

Une des forces de Gilead face à ses concurrents est d’abord d’avoir été un pionnier. Avant l’arrivée Sovaldi en 2014, il n’existait pas de solution réellement efficace. Il soigne les patients atteints des génotypes 1,2,3 et 4 (Il existe 6 génotypes d’hépatite C). Son autre traitement, l’Harvoni est capable de traiter les génotypes 1, 4, 5 et 6. Et la firme pharmaceutique prépare activement l’arrivée de son nouveau traitement, Epclusa, qui aura la particularité d’agir sur les six génotypes. L’Epclusa a été autorisé par la Commission européenne en juillet.

Mais ces avancées scientifiques sont régulièrement éclipsées par les polémiques sur les prix de ses médicaments. En mars dernier, la présidente de Médecins du monde François Sivignon, Bernard Debré et Michèle Rivasi publiaient une tribune intitulée "Prix des médicaments contre l’hépatite C : ça suffit". "46 988 euros. Voici le prix de vente d'Harvoni en France, ce médicament contre l'hépatite C, pour un traitement qui dure en général 12 semaines pour chaque patient. 46.988 euros ! Un prix exorbitant et symbole d'une très mauvaise tendance actuelle qui voit le prix de certains médicaments comme les anticancéreux exploser et qui remet en cause la stabilité de notre système de santé. Le prix du Harvoni (combinaison du ledipasvir+sofosbuvir) est insupportable", écrivaient-ils. Le prix concédé par Merck forcera-t-il ses concurrents à revoir leurs politiques tarifaires… Rien n'est moins sûr. Ce qui est certain en revanche, c'est qu'à quelques semaines de rendre son portefeuille de ministre de la Santé, l’annonce tombe à point nommé pour Marisol Touraine !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle