La grippe aviaire a coûté 22 millions d’euros à Euralis

L’influenza aviaire n’a pas épargné Euralis et ses principales marques Rougié et Montfort, qui affichent un recul de chiffre d’affaires sur 2015/2016. Le groupe coopératif mise sur deux innovations majeures en 2017 pour relancer ses ventes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La grippe aviaire a coûté 22 millions d’euros à Euralis
Rougié lancera en 2017 une offre de fonds de sauces surgelées à destination de la restauration.

22 millions d’euros, c’est la facture de l’influenza aviaire pour le groupe Euralis, avec l’arrêt de production de foie gras au printemps dernier. Selon Alain Tapie, le directeur du pôle alimentaire du groupe coopératif palois, cette somme est constituée de 17 millions d’euros pour la seule activité canards et de 5 millions d’euros sur la nutrition animale. Le chiffre d’affaires du groupe ressort ainsi à 1,436 milliard d’euros sur l’exercice 2015/2016 clos au 31 août, contre 1,504 milliard l’an passé. Le résultat net est retombé dans le rouge, avec une perte de 6 millions d’euros, contre un bénéfice de 2 millions sur 2014/2015. Selon le groupe, ce recul est dû aux conséquences de la grippe aviaire, mais également aux évolutions de taux de change, notamment pour la partie semences.

L’activité du pôle alimentaire (marques Montfort, Rougié, Qualité traiteur, Jean Stalaven), recule de 2 %, à 492 millions d’euros. Le groupe n’a pu produire que 3,3 millions de canards, contre 4,5 millions l’an passé. "Compte-tenu du contexte, nous sommes satisfaits de nos résultats. Notre modèle a montré sa résilience", a expliqué Alain Tapie, le directeur général du pôle alimentaire, le 13 décembre. La rentabilité de la branche s’est même améliorée, avec un Ebitda à 7,7 millions d’euros sur l’exercice, contre 6,9 millions sur 2014/2015.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Avec ses usines de production au Canada, en Bulgarie et en Chine, Euralis a pu compenser en partie les pertes de la production française pour ses clients internationaux. "Nous avons pu exporter au Japon depuis notre usine bulgare selon les mêmes standards de production qu’en France. Cela nous a permis de limiter la casse", a détaillé Alain Tapie.

2017, année des innovations pour Montfort et Rougié

Le groupe mise des innovations alimentaires fortes dans les prochains pour dynamiser les ventes. "2017 sera l’année des innovations pour Rougié et Montfort", a insisté Alain Tapie. Après une diversification sur le homard en 2012, la marque Rougié, destinée à la restauration, lancera une offre de billes de fonds de sauces surgelés, destinées aux chefs, selon un process breveté. Trois ans ont été nécessaires pour mettre au point ce nouveau produit. "Les fonds et sauces sont préparés traditionnellement par Rougié dans des marmites. Ils sont ensuite figés par la pression et conservés par la surgélation instantanée dans l’azote liquide (-196° C) avant d’être restitués sous forme de microbilles, obtenues grâce à la cryogénisation", détaille Eric Bertrand, le responsable de la marque Rougié. Parallèlement, la marque grand public Montfort lancera une nouvelle offre de magrets de canards extra-tendres. "Notre offre fait la promesse d’une cuisson inratable, grâce à une technologie qui assure la tendreté du magret", souligne Sébastien Joho, le directeur marketing grande consommation. Selon lui, le marché du magret de canards en France s’érode notamment à cause de la peur des consommateurs de rater la cuisson. "Il y a un fort potentiel de développement sur ce créneau, qui est peu valorisé aujourd’hui", détaille Sébastien Joho. Un an a été nécessaire à la mise au point de ces magrets extra-tendres, grâce notamment à une technologie mécanique, s’apparentant à du barattage. De quoi apporter un complément de chiffre d’affaires aux traditionnelles ventes de foie gras du pôle alimentaire d’Euralis en 2017.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS