La Grèce veut des fonds supplémentaires pour son rachat de dette

ATHENES (Reuters) - La Grèce a demandé mercredi à ses bailleurs de fonds internationaux 1,29 milliard d'euros de financement supplémentaire pour pouvoir accepter la totalité des offres soumises à son opération de rachat de dette.

Partager

Les créanciers privés, principalement des banques, compagnies d'assurance et fonds d'investissement, ont proposé à Athènes de lui revendre pour 31,9 milliards d'euros d'obligations d'Etat.

L'opération vise à réduire le ratio d'endettement de l'Etat hellénique pour rendre sa dette soutenable à long terme.

L'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) ont prévu d'y allouer 10 milliards d'euros mais Athènes a déclaré avoir besoin de 11,29 milliards pour racheter la totalité des titres offerts.

L'agence nationale de gestion de la dette a expliqué que le prix moyen payé pour les obligations rachetées s'établissait à 33,8 centimes par euro de valeur nominale, donc nettement au-dessus des estimations initiales.

Les ministres des Finances de la zone euro doivent se réunir jeudi à Bruxelles pour étudier les résultats de l'opération, condition préalable au versement de la prochaine tranche de l'aide financière internationale à Athènes.

"Je pense qu'il est probable que nous parvenions à un accord sur le paiement de la prochaine tranche de prêt lors de la réunion de demain", a déclaré à Helsinki la ministre finlandaise, Jutta Urpilainen.

Si l'opération de rachat est menée à bien, son règlement interviendra le 18 décembre.

George Georgiopoulos et Harry Papachristou; Marc Angrand pour le service français, édité par Catherine Monin

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS