L'Usine Auto

La grande semaine de Bolloré

Pascal Gateaud , , ,

Publié le

Scission de Vivendi, accusations portées contre des visiteurs indélicats de ses Autolib’, partenariat avec Renault, introduction en Bourse de son activité Blue Solutions… Il n’y en avait que pour Vincent Bolloré cette semaine !

La grande semaine de Bolloré © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Homme d’affaires redoutable et redouté, il est aussi un grand communicant, l’un allant rarement sans l’autre. Vincent Bolloré aura marqué cette deuxième semaine de septembre. Du moins pour ce qui est de l’actualité économique en France.

Il y a d’abord eu les spéculations sur son arrivée aux commandes du groupe Vivendi. Après qu’il a obtenu l’assurance que le groupe serait scindé en deux, ce qui ne manquera pas de valoriser au mieux sa participation, on a compris qu’il n’avait jamais été intéressé par un poste opérationnel. Le deal n’était pas encore bouclé qu’éclatait l’affaire d’espionnage industriel des bornes Autolib’ dans les rues de Paris, mettant en cause rien moins que la prestigieuse maison BMW.

Les dénégations du constructeur allemand à peine connues, un tweet du maire de Paris, Bertrand Delanoë, révélait que le service de location de voitures électriques avait franchi la barre des 100 000 abonnés. Ce succès dans la capitale était attendu… depuis que l’homme d’affaires breton avait annoncé, il y a quelques mois, qu’il anticipait une rentabilité d’Autolib’ plus rapide que prévue. Ce n’en était pas fini pour autant.

Une indiscrétion livrée au Figaro faisait état d’un possible partenariat entre le groupe Bolloré et Renault, intéressé par les performances des batteries de la Bluecar et le système d’intelligence d’Autolib’. Pour finir en beauté cette semaine, il ne restait plus au grand patron qu’à orchestrer la présentation de l’entrée en Bourse de sa  filiale Blue Solutions, spécialisée dans le stockage d'énergie à destination, notamment, des Bluecar, déclinées en Bluely à Lyon et Bluecub à Bordeaux.

Cerise sur le gâteau, Vincent Bolloré procédera jeudi 19 septembre à l’inauguration de l’extension de son usine de batteries d’Ergué-Gabéric (Finistère). Dans ce fief historique du groupe Bolloré, il n’aura pas besoin de rappeler ses attaches : chacun là-bas sait qu’il a repris un groupe familial mal en point, avant de partir à l’assaut de l’establishment des affaires, en France, en Italie et partout où il pouvait réaliser de juteux gros coups. Il est loin le temps ou Vincent Bolloré avait l’habitude de sortir de sa poche un paquet de papier à rouler OCB (acronyme de Odet-Cascadec-Bolloré) pour vous convaincre qu’il s’inscrivait dans la tradition familiale. La marque a été revendue en 2000. La voiture électrique, c’est quand même plus sain que la cigarette. Chapeau l’artiste !

Pascal Gateaud

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte