International

La France veut "empêcher toute forme de concurrence déloyale" des ports francs britanniques

, , ,

Publié le , mis à jour le 12/02/2020 À 07H41

Après le Brexit, le Royaume-Uni a annoncé la création de dix ports francs d'ici à 2021. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a dit le 12 février regarder ce projet avec une "vigilance absolue".

La France veut empêcher toute forme de concurrence déloyale des ports francs britanniques
Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères du gouvernement français. /Photo prise le 9 septembre 2020/REUTERS/Shamil Zhumatov
© Shamil Zhumatov

La France doit-elle s'inquiéter des futurs ports francs britanniques ? Dimanche 9 février, le gouvernement britannique a exprimé son intention de créer jusqu'à dix ports francs d'ici à 2021. La France sera d'une "vigilance absolue" pour empêcher toute forme de concurrence déloyale, a prévenu mercredi 12 février le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

Avec ce projet, le Royaume-Uni souhaite stimuler l'économie du pays après sa sortie de l'Union européenne. Le Brexit a été acté dans la nuit du 31 janvier au 1er février, après plus de trois ans de négociations.

"Nous n'avons pas l'intention de voir apparaître près de nos côtes un paradis fiscal"

"Étant donné que les ports francs permettent de différer la perception des droits de douane et autres taxes au moment où les marchandises sont mises sur le marché, nous examinerons cette annonce au regard des enjeux indispensables de transparence fiscale", a déclaré Jean-Yves Le Drian lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

"Et nous le ferons en lien avec la Commission européenne, a ajouté le ministre des Affaires étrangères. Nous serons d'une vigilance absolue pour empêcher toute forme de concurrence déloyale quel que soit le domaine et s'il faut prendre du temps pour négocier, il faudra le prendre."

"Nous n'avons pas l'intention de voir apparaître près de nos côtes un paradis fiscal, environnemental et commercial susceptible de concurrencer anormalement les produits européens sur nos propres marchés", a-t-il prévenu.

Avec Reuters (Marine Pennetier, édité par Nicolas Delame)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte