La France vend 36 Rafale à l'Inde

En 2019, les premiers Rafale devraient être livrés à l'Inde. Ces livraisons devront s'échelonner sur deux ans et demi. Avec près de 8 milliards d'euros de montant, c'est le plus gros contrat signé en aéronautique militaire par la France. Dassault Aviation et ses principaux partenaires s'engagent pour investir industriellement en Inde pour un montant de l'ordre de 4 milliards d'euros.

Partager
La France vend 36 Rafale à l'Inde
Jean-Yves Le Drian et son homologue indien Manohar Parrikar

Fébriles jusqu'à la dernière minute, même dans l'avion qui les conduisait jusque New Delhi dans la nuit du jeudi au vendredi, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et les industriels de la Team Rafale (Dassault Aviation, Thales, Safran) n'avaient voulu vendre la peau de l'ours... avant d'avoir signé le contrat. C'est désormais chose faite. Jean-Yves Le Drian et son homologue indien Manohar Parrikar ont paraphé un contrat de plus de 10 000 pages organisant la vente de 36 Rafale par la France vers l'Inde. Il s'agit en effet d'un contrat de gouvernement à gouvernement. Le montant du contrat s'élève à près de 8 milliards d'euros. Selon des proches du dossiers, les Indiens, habiles négociateurs, auraient réussi à négocier un rabais d'un milliard d'euros. Le clan tricolore ne boude pas pour autant son plaisir. "C'est le plus gros contrat d'aéronautique militaires signé par la France", se félicite un proche du ministre.

Contreparties

Les livraisons des Rafale indiens vont démarrer en 2019. Elle devront s'échelonner sur deux ans ou trois ans. Cela pérennisera la cadence 2. La chaîne d'assemblage produira ainsi plus de 20 Rafale par an. Le contrat prévoit également de la part de la France un soutien et une maintenance des appareils pour une durée de cinq ans. "Ce contrat pourrait avoir un effet considérable auprès d'autre pays. L'Inde est en effet une grande puissance reconnue internationalement. Elle doit assurer sa sécurité face à des voisins comme la Chine et le Pakistan", estimait Jean-Yves Le Drian quelques heures avant la signature du contrat. Typiquement, les Malaisiens, avec qui Dassault Aviation est déjà en négociation, sont très attentifs aux choix indiens en matière d'équipements militaires.

Si les Rafale ne seront pas produits en Inde mais prélevés directement de la chaine d'assemblage de Mérignac en Gironde, les industriels s'engagent à des contreparties, les fameux "offsets" dans le jargon militaire. Ainsi, Dassault Aviation, Safran, Thales et MBDA essentiellement, s'engagent à investir 50% de la valeur du contrat en Inde sous forme d'investissements, d'achats d'équipements ou de technologies. "Cela concerna essentiellement des investissements dans les domaines de la défense et de l'aéronautique civile. Dassault Aviation compte investir industriellement en Inde sûrement à travers un partenariat avec un acteur local que nous pourrons choisir", a précisé Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation.

Les retombées pour l'industrie de défense sont multiples

Avec ce contrat, le ministère de la Défense fait coup double. Il pérenise la supply chain du Rafale et consolide définitivement la loi de programmation militaire de 2014-2019 qui reposait sur des paris comme la signature de contrats à l'export. La globalité des contrats export assure en effet le doublement de la cadence du Rafale sur plusieurs années. Cela pourrait occasionner le recrutement de 2000 à 3000 personnes pour renforcer les 7000 personnes déjà mobilisées par la production de l'avion de combat tricolore à travers 500 entreprises sous-traitantes.

En 2014, lors de la définition de la loi de programmation militaire (LPM), les plans prévoyaient qu'on reporte l'acquisition de 64 Rafale destiné à l'origine à l'armée de l'air tricolore au-délà de 2020 en les substituant par des Rafale export pour au moins maintenir la cadence minimale d'un Rafale par mois nécessaire pour la supply chain de l'avionneur. En gagnant les contrats en Egypte, au Qatar et en Inde, soit un total de 84 appareils vendus à l'étranger, le ministère de la Défense dépasse ses objectifs. "Si on n'avait pas vendu autant de Rafale à l'export, cela aurait été aux dépens d'autres programmes. On aurait acheté moins de drones et d'avions ravitailleurs", explique une source gouvernementale.

Enfin pour Dassault Aviation, l'optimisme est plus que jamais d'actualité. "Nous signerons d'autres contrats Rafale à l'export. Nous avons des touches", précise Eric Trappier. Il n'exclut pas de vendre à terme autant de Rafale à la France qu'à l'export, soit environ près de 225. Une performance que l'avionneur avait réalisé avec le Mirage 2000.

A New Delhi, Hassan Meddah

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SAFRAN

DASSAULT AVIATION

DASSAULT AVIATION

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Expert(e) naval - Jauge (F/H)

BUREAU VERITAS - 11/06/2022 - CDI - Saint Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

66 - Banyuls-sur-Mer

Création d'un pavillon d'accueil au centre régional de la Sommellerie

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS