La France va armer ses drones de surveillance

La ministre des Armées a lancé le processus d'armement des drones Reaper de l'armée française. Selon elle, ces drones ne sont pas assimilables à des robots tueurs mais représentent une capacité clé du combat de demain.

Partager
La France va armer ses drones de surveillance
Drone reaper

A l'occasion des universités d'été de la Défense qui se tiennent à Toulon (4 et 5 septembre), la ministre des Armées Florence Parly, a annoncé que la France allait équiper ses drones d'un système d'armes à l'horizon 2019. "J'ai décidé de lancer le processus d'armement de nos drones de renseignement et de surveillance", a expliqué Florence Parly devant les parlementaires des commissions Défense du sénat et de l'assemblée nationale, des industriels et des militaires invités lors de cette manifestation.

La France va équiper ces six drones Reaper acquis auprès des Etats-Unis et opérationnels au Sahel. Les 6 suivants déjà commandés seront livrés directement armés. Ces aéronefs sans pilote seront dotés d'un armement guidé de précision. Pour l'instant, le choix du fournisseur de munitions n'a pas été tranché. Le futur drone MALE (moyenne altitude longue endurance) européen conçu en collaboration avec les Allemands, les Italiens et les Espagnols sera également équipé d'un système d'armement.

La rapidité des drones mise en avant

La ministre justifie cette évolution pour des raisons d'efficacité des forces sur le terrain et de prise en compte de l'évolution technologique des outils de défense. Selon les militaires eux-mêmes, les Reaper actuels sont devenus des moyens incontournables pour les opérations menées au Sahel pour identifier et surveiller des cibles. Toutefois, l'absence d'armement complique leurs opérations face a des cibles toujours plus mobiles et furtives.

"Dès lors qu'il s'agit de traiter ces cibles il faut faire appel à d'autres moyens, des avions ou des hélicoptères de combat dont les frappes sont parfois guidées les drones de surveillance. Le succès de ces opérations repose sur la disponibilité et la coordination de plusieurs moyens avec un temps de déploiement sur zone qui peut être important. Or le temps de traiter la cible est fugace", a expliqué la ministre.

Un armement préconisé par des sénateurs

Selon elle, ce nouvel usage permettra d'optimiser l'usage des avions, des hélicoptères de combats. La ministre a anticipé toute polémique d'ordre éthique lié à l'armement de ces drones. "Non, un drone armé n’est pas un robot tueur. Ce sont deux systèmes qui n’ont rien de semblable. Cette décision ne change rien aux règles d’usage de la force, au respect du droit des conflits armés et je reste plus que jamais attachée au respect du droit international. (...). Les règles d’engagement pour les drones armés seront strictement identiques à celles que nous appliquons déjà. Qu’il s’agisse d’un canon Caesar, d’un missile de croisière, d’un Rafale : comme pour les drones, si l’opérateur est physiquement éloigné de l’objectif, l’homme n’en est pas moins au cœur de l’engagement du feu".

L'hypothèse d'armer ces aéronefs sans pilotes avaient été largement abordée par les sénateurs Cédric Perrin et Gilbert Roger dans leur rapport "Drones d'observation et drones armés : un enjeu de souveraineté" paru en mai dernier. Plusieurs nations ont déjà fait le choix d'armer leurs drones, et parmi elles les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS