Technos et Innovations

La France se dote d'un supercalculateur dédié en partie à l’intelligence artificielle

Ridha Loukil , , , ,

Publié le , mis à jour le 10/01/2019 À 15H47

Le centre de calcul du CNRS va se doter d’un supercalculateur de 14 petaflops dédié à la fois au calcul intensif et à l’intelligence artificielle. A son installation à mi-2019, cette machine, construite par Hewlett Packard Enterprise, pourrait être une des plus puissantes de France.

La France se dote d'un supercalculateur dédié en partie à l’intelligence artificielle
Le centre de calcul du CNRS va se doter d’un supercalculateur de 14 petaflops dédié à l’intelligence artificielle.

La France passe à la vitesse supérieure dans le calcul intensif. Elle va se doter d’un supercalculateur de 14 petaflops (1 petaflops vaut 1 million de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde). A son installation à mi 2019, il pourrait l'un des plus puissants de France. Il serait également le cinquième le plus puissant en Europe pour les système dédiés à la recherche ouverte.

Le marché d’acquisition auprès du constructeur américain Hewlett Packard Enterprise (HPE) sera signé le 8 janvier 2018 au ministère de  l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation par Philippe Lavocat, PDG de GENCI (Grand équipement national en calcul intensif), et Gilles Thiebault, PDG de HPE France, en présence d'Antoine Petit, PDG du CNRS, et de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Le CEA dispose de la machine la plus puissante

Le supercalculateur le plus puissant actuellement en service en France est le Tera-1000-2 équipant la branche militaire du CEA à Bruyères-le-Châtel. Construit par le groupe français Atos, il affiche une puissance de calcul crête de 24 petaflops et se situe à la 16 ème place du Top500, le classement des 500 supercalculateurs les plus plus puissants de la planète publié en novembre 2018.

La prochaine machine équipera IDRIS, le centre de calcul du CNRS sur le plateau de Saclay. Elle sera financée par le GENCI, la société publique chargée de l’équipement en moyens de calcul intensif du CEA, du CNRS, des universités pour la communauté de recherche en France. L’investissement correspondant s'élève à 25 millions d’euros.

Convergence entre calcul intensif et intelligence artificielle

Cet équipement s’inscrit dans la stratégie de recherche dans l’intelligence artificielle annoncée le 28 novembre 2018 par Frédérique Vidal à Toulouse. Il sera le premier en France à faire converger les mondes du calcul intensif et de l’intelligence artificielle. Il sera motorisé par des processeurs Xeon d’Intel épaulés pour les tâches d’intelligence artificielle ou certaines tâches de simulation numérique par plus d’un millier d’accélérateurs graphiques de Nvidia.

IDRIS dispose aujourd’hui de deux supercalculateurs: Turing, une machine de 1 petaflops à architecture massivement parallèle, et Ada, une machine de 192 teraflops (1 teraflops vaut 1000  milliards d’opérations en virgule flottante par seconde) à noeuds fins de calcul. Signés tous deux par IBM, ils sont en service depuis fin 2012.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte