L'Usine Aéro

La France prête à acquérir deux drones américains Reaper

Elodie Vallerey ,

Publié le

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé ce choix lors d'un voyage officiel aux Etats-Unis le 17 mai. Il met clairement en cause les industriels français et européens pour ne pas avoir développé de drones de surveillance longue distance.

La France prête à acquérir deux drones américains Reaper © U.S. Air Force photo by Master Sgt. Robert W. Valenca - Wikimedia Commons

La France opte donc pour des drones MALE (moyenne altitude longue endurance) Reaper pour remplacer ces Harfang vieillissants. Selon l'AFP, en visite à Washington les 17 et 18 mai, Jean-Yves Le Drian a évoqué cette acquisition avec son homologue, le secrétaire américain à la défense Chuck Hagel.

Il a confirmé l'information dans une interview au "Grand rendez-vous Europe1-Itélé-Le Parisien le 19 mai : "Il y a aujourd'hui deux pays au monde qui construisent des drones, les USA et Israël, nous sommes entrés en contact avec les uns et les autres pour pouvoir en acquérir immédiatement", a précisé le ministre français de la Défense.

L'objectif immédiat reste le conflit au Mali. Ainsi, la France doit acheter deux drones Reaper, des drones de surveillance et de combat fabriqués par l'américain General Atomics, pour une livraison avant la fin 2013.

Selon Le Drian, la France a "raté le rendez-vous des drones, ce qui est invraisemblable pour une nation qui a un savoir faire technologique, aéronautique, électronique considérable avec des entreprises majeures qui étaient en situation de pouvoir le faire".

En prenant ses fonctions au ministère de la Défense en mai 2012, le ministre confie avoir constaté l'absence de perspective industrielle française sur les drones, qui sont pour lui "un outil indispensable (...)". "Seulement, (en France) il n'y en a pas. Alors qu'est-ce-qu'on fait ? on attend que peut-être un jour certains industriels décideront d'agir d'ensemble pour le produire ? mais ça sera quand ? dans dix ans. (...) il y a une urgence et j'assume cette responsabilité", a-t-il justifié.

"Il faut donc aujourd'hui que, sur notre demande, les industriels français et européens se mettent en relation pour élaborer ce que pourra être demain le drone de nouvelle génération qui ne sera pas uniquement français, puisqu'il y a la même demande du côté allemand et du côté britannique", a incité le ministre lors de cette interview.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

22/05/2013 - 09h34 -

Le président n'est pas souverain au point de pouvoir taper sur la table chez EADS. Les Harfang sont des petits drones de 150cv facilement transportables mais à l'autonomie plus faible que celle du Reaper de 950cv, qui a la taille d'un gros planneur.
Le marché des drones en Europe (F, D, IT, GB et TU) ce n'est pas plus de 40 machines --> difficile d'amortir une étude avec cela, tout en restant compétitif. La décision est donc bonne de laisser les américains "innover" sur ce créneau bien petit, quitte à copier plus tard.
Et puis, il s'agit de 2 appareils et nous ne poussons pas de hauts cris pour les appareils d'entrainement ... achetés au Brésil, n'est-ce pas?
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2013 - 10h43 -

Quid des drones d'EADS et Thales ? A quoi servent les participations de l'état dans l'industrie de défense ? Pourquoi ne pas démettre les dirigeants en cause ? Pourquoi tant de gouvernance molle ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte