La France prépare son offensive sur le marché libyen

Ils étaient près de 400 chefs d’entreprise présents au Medef le 6 septembre. L’objet de leur rencontre ? La Libye ou comment permettre de mieux appréhender les perspectives d’investissement dans le pays.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La France prépare son offensive sur le marché libyen

Plusieurs grands patrons du Cac 40 dont ceux d’Alcatel, d’Alstom, de Peugeot ou encore de Total, ainsi que des dirigeants de petites et moyennes entreprises étaient rassemblés par la Chambre de commerce franco-libyenne et le Medef. "Il s'agissait de se retrouver pour s'organiser, prendre connaissance des perspectives économiques ou des projets de financements dans le pays", a précisé Thierry Courtaigne, vice-président directeur général du Medef International.

A cette occasion, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Pierre Lellouche a expliqué que "la France bénéficie d’un capital de sympathie élevé auprès des nouvelles autorités libyennes" et qu’ "il est donc normal que les entreprises françaises en profitent". Les industriels français pourraient à court terme être particulièrement sollicités dans le domaine du pétrole, de la santé ou encore des infrastructures de communication. Une délégation d’entreprises devrait d’ailleurs partir sur place avec le secrétaire d’Etat sur le thème de la reconstruction économique. Une antenne d’Ubifrance devrait aussi être créée dans le pays en 2012.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un travail de longue haleine

Mais les prises de participation des entreprises sur le marché libyen ne se feront pas facilement. Selon Thierry Courtaigne, il faudra que les Français soient bons et répondent aux attentes des Libyens. "Après la reconstruction, il va y avoir beaucoup plus de place pour l'investissement privé, mais aussi beaucoup de concurrents", a-t-il estimé. Selon le Conseil national de transition libyen, le marché de la reconstruction devrait atteindre 200 milliards de dollars en dix ans.

Concrètement, la France devrait donc réinstaller les circuits économiques et commerciaux bilatéraux (investissements, exports) qui s'étaient largement interrompus pendant la crise dans un premier temps, a expliqué Pierre Lellouche. Puis elle prendra une place de premier rang comme partenaire commercial.

Une manière peut-être de renforcer la position de la France sur place. Avant le conflit, elle était le 6ème fournisseur du pays et son deuxième client avec 6% des parts de marché. Près de 44 filiales d’entreprises françaises y étaient présentes.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS