Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

La France se prépare pour la véritable guerre des étoiles

Hassan Meddah ,

Publié le

L’espace est devenu un nouveau terrain de confrontation. Au-delà du renouvellement des satellites militaires, le président de la République Emmanuel Macron a demandé à sa ministre des Armées, Florence Parly, une nouvelle stratégie de défense spatiale.

La France se prépare pour la véritable guerre des étoiles
L'an dernier, le satellite militaire franco-italien Athena-Fidus a été approché de manière inamicale par un satellite russe. Un acte d'espionnage selon le ministère français des Armées.

La guerre des étoiles, ce n’est pas qu’un film. Les militaires français et italiens l’ont appris à leurs dépens l’an dernier, victimes d’un acte d’espionnage à 36 000 km d’altitude! Leur satellite commun Athena-Fidus, qui permet de planifier les opérations de leurs armées et d’échanger des informations, a été approché par le satellite russe Louch-Olymp. Si près que son objectif aurait été de tenter d’écouter les communications. Le fait a été révélé par la ministre des Armées Florence Parly à l’occasion d’un déplacement vendredi 7 septembre à Toulouse auprès du Centre national d'études spatiales (Cnes) et de ses fournisseurs de satellites militaires Thales et Airbus.

Selon la ministre des Armées, l’espace est devenu un nouveau terrain de confrontation. Les grandes puissances spatiales multiplient les initiatives: développement d’un arsenal offensif en orbite, manœuvres à vocation agressive, déploiement d’objets intrigants… Les Etats-Unis, la Chine et la Russie disposent de brouilleurs électromagnétiques ou encore de lasers à haute énergie capables d’atteindre le miroir d’un satellite à des centaines de kilomètres de distance… Des scénarios de cyberattaques sur les infrastructures au sol ne sont pas écartés non plus.

Donald Trump et sa force de l'espace

Pour assurer sa sécurité, la France a décidé de réagir. Le président de la République Emmanuel Macron a demandé à sa ministre de définir une nouvelle stratégie de défense spatiale d’ici la fin de l’année. A une moindre échelle, la France prend ainsi la roue des Etats-Unis. L’été dernier, le président Donald Trump a annoncé la création pour 2020 d’une force de l’espace.

A travers la loi de programmation militaire 2019-2025, la France va renouveler l’ensemble de ses capacités militaires spatiales: satellites d’observation et d’écoute électromagnétique, satellites de télécommunications, radars de détection d’objets spatiaux depuis le sol… Au total, 3,6 milliards d’euros seront investis.

Cette nouvelle stratégie de défense spatiale doit prendre en compte le new space, soit l’arrivée des acteurs privés comme Space X avec ses fusées réutilisables et les multiples start-ups qui proposent des technologies et des services innovants. L’acteur californien Planet offre des services d’imagerie terrestre avec un taux de rafraichissement d’images inégalé grâce à une constellation de minisatellites. Le ministère des armées pourrait acheter auprès de ces nouveaux venus des services pour compléter ses capacités. Le lancement des constellations va bouleverser le paysage spatial. On estime que ce sont 7 000 satellites supplémentaires qui graviteront d’ici 10 ans autour de la planète.  

Identification des objets spatiaux

Cette nouvelle ambition va conforter des programmes majeurs, Ariane 6 en tête. "Ce projet est essentiel. Il est une garantie de l’accès de l’Europe à l’espace. Il profite tout aussi bien au monde civil qu’à la défense, en pleine synergie avec notre filière de dissuasion", a indiqué Florence Parly. L’ONERA qui développe le radar terrestre Graves capable de détecter les satellites en orbite basse va bénéficier de nouveaux financements pour le moderniser. Il sera complété par des satellites dédiés à l’observation des objets depuis l’espace. Thales ne sera pas en reste. Il développe des capteurs de nouvelle génération qui permettront le catalogage et l’identification d’objets spatiaux.

La ministre compte s’appuyer sur l’écosystème industriel pour construire une véritable stratégie spatiale.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle