La France pourrait se passer du vaccin AstraZeneca au second semestre, annonce Agnès Pannier-Runacher

La France pourrait se passer du vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 à partir du second semestre, une fois que les livraisons des autres vaccins seront suffisamment importantes, a indiqué vendredi 2 avril la ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La France pourrait se passer du vaccin AstraZeneca au second semestre, annonce Agnès Pannier-Runacher
Les difficultés entourant le vaccin AstraZeneca ont ralenti la campagne de vaccination en France.

Difficultés de production, délais de livraisons, enquêtes sur les effets secondaires, le vaccin anti-Covid d’AstraZeneca a fortement enrayé la campagne de vaccination en France. "A partir du deuxième semestre, les livraisons [des autres vaccins, ndlr] vont devenir très importantes en Europe et effectivement, il n'est pas impossible qu'on n'est pas besoin de ce recours à AstraZeneca", a expliqué la ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, sur Radio classique vendredi 2 avril. En attendant, "on en a besoin jusqu'à la fin du premier semestre probablement, parce que c'est un appui important - 1,4 million de doses AstraZeneca cette semaine -, c'est en plus un vaccin qui a un mérite, c'est que sa chaîne du froid est relativement simple", a-t-elle poursuivi.

A LIRE AUSSI

Restaurer la confiance dans le vaccin AstraZeneca

Plusieurs cas de troubles thromboemboliques - très rares mais sévères - survenus chez des personnes ayant reçu récemment ce vaccin ont conduit plusieurs pays en Europe à restreindre son utilisation à certaines populations même si l'OMS et l'Agence européenne du médicament (EMA) ont réaffirmé que le bénéfice du vaccin du laboratoire anglo-suédois restait largement supérieur au risque d'effets indésirables.

Pour tenter de restaurer la confiance, Jean Castex s'était d'ailleurs fait vacciner avec le produit de la firme britannique vendredi 19 mars, au lendemain des annonces de l'EMA écartant tous liens entre les injections et les cas de thromboses. "Aujourd'hui, vous avez des millions de personnes qui sont vaccinées à l'AstraZeneca et ça se passe très bien. Nous sommes très satisfaits de ce vaccin malgré tout", a réaffirmé Agnès Pannier-Runacher.

En France, le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 est administré uniquement depuis la mi-mars pour les personnes âgées de 55 ans et plus, permettant d'ouvrir la vaccination de la population par les médecins de ville. Aux Etats-Unis, où il n'est pas encore autorisé, le principal expert américain en maladies infectieuses, Anthony Fauci, n'a pas exclu de ne pas utiliser ce sérum même s'il obtient le feu vert de l'autorité de santé américaine.

Avec Reuters (Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS